zen forum
Bienvenue !
Connectez vous avec votre pseudo et votre mot de passe
ou inscrivez vous gratuitement pour participer au forum.
Merci de nous rejoindre !

zen forum

forum de discussion sur le bouddhisme zen


 

Site officielSite officiel  facebookfacebook  YouTubeYouTube  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum de discussion sur le bouddhisme zen soto et la spiritualité en général

Partagez | 
 

 L'illusion de l'ego

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18
AuteurMessage
Yan
Membre
Membre
avatar

Masculin Age : 38
Localisation : Alpes
Votre pratique, votre tradition : Madhyamika
Gémeaux Singe
Messages : 1
Points de participation : 4
Réputation & Pertinence : 1
Date d'inscription : 10/09/2014

MessageSujet: L'illusion de l'ego   Lun 23 Mar - 20:56

Rappel du premier message :

Qu'est-ce qu'un homme ?
206 os, 640 muscles, 100 milliards de neurones, 100 000 milliards de cellules de 200 types différents qui arrivent à fonctionner ensemble.
Et pourtant, tranquillement, sans aucune hésitation, à chaque action de ces innombrables cellules, nous disons " Je ".
Je mange, je ris, je respire, je pense, je suis ému.
Sommes-nous vraiment là, plantés au sommet d'une montagne de cellules, à les regarder fonctionner pour nous ou est-ce une illusion ?
 
 
 
Sur une vie, de l'enfance à la vieillesse, cinquante tonnes de nourriture nous traverse et nous transforme. Cinquante tonnes ! En 24 heures, nous inspirons huit mille litres d'air et des centaines de milliers de cellules sont renouvelées. Et, pourtant, à la fin d'une journée, nous pourrions affirmer sans rire à qui veut l'entendre " Ce soir, je suis la même personne que ce matin ". Comment est-ce possible ?
Tout changerait, tout se renouvellerait, des cellules à l'eau qui me compose, des pensées aux émotions qui me traversent, tout sauf moi ?
J'ai l'impression très nette d'être situé dans mon corps. Je sens que j'occupe mon corps et j'ai la conviction de le posséder et d'agir par son intermédiaire. C'est mon corps, et je le contrôle.
Mais cette impression, si puissante, si évidente ne serait-elle pas l'arbre qui cache la forêt ?
 
 
L'arbre du "je", toujours semblable à lui-même, ne serait-il pas créé pour cacher une forêt variée de perceptions, d'émotions et de pensées ?
La conscience de soi permet quelque chose d'extraordinaire.
 
Grâce à elle, tous les phénomènes intérieurs et extérieurs qui nous touchent, aussi variés soient-ils, peuvent être rattachés à une seule entité, réunis sous le même étendard: " Je ".
Et c'est bien pratique. Je vois, je chante, je comprends, je suis ému. Toujours je, je, je, utilisé en permanence et qui s'applique à tout. Je ris, je bronze, je parle, je digère. Voilà un mot commode pour unifier l'ensemble. A force d'être appelé par un prénom, à force de dire je, nous croyons fermement en l'existence d'un moi, tel un génie dans une bouteille ou un prisonnier dans sa cellule.
 
Mais que nous montre le bouddhisme ? Que nous disent les neuropsychologues tels Paul Broks, Chris Frith ou Jean-Louis Monestes ? Que peut-on même observer directement de l'intérieur ?
Lorsqu'on le cherche, ce "je" est introuvable. C'est une illusion, un mirage.
 

 
L'illusion est irrésistible, permanente mais elle n'est pas indissoluble. Il n'y a aucun endroit où un "je" existerait en plus des pensées, en plus des perceptions, en plus des émotions.
 Nous sommes des êtres vivants, capables de conscience, mais sans aucun moi fixe.
Voilà la réalité observable.
 
Pourtant, percevoir l'illusion du moi n'est pas un remède miracle. Cela n'a jamais nourri ou habillé personne. Ça ne donne pas de travail, ça ne lave pas le linge, ça ne rends pas intelligent, ça n'apporte pas la fortune, ça ne fait pas disparaître la maladie.
 
Mais cela relâche l'attachement à notre petite personne et aux idées qui l'habillent. Toutes les croyances centrées sur ce moi, si important auparavant, perdent peu à peu leur intérêt.
L'esprit devient plus calme.
 

 
Il passe à autre chose. Il arrête de divaguer et de croire n'importe quoi.
Alors que reste-t-il une fois l'illusion de l'ego dissipée ?
La conscience d'être vivant et l'étonnement d'être conscient.
 
De la vie émerge la conscience de soi et de cette conscience naît l'étonnement.
 
De quoi s’étonne-t-on ? En général, de l’inhabituel et de l’exceptionnel, de ce qui contredit nos attentes et nos croyances. On s’étonne de la taille énorme d’un fruit ou d’une personne. On s’étonne de tout ce qui dépasse l’imagination. On s’étonne de ce qui rompt avec nos habitudes et les lois de la nature. C’est là l’étonnement facile et naturel.
 
Mais le difficile est d’apprendre à s’étonner de ce qui est banal. S’étonner de l’existence d’une fleur ou du corps humain. S’étonner non pas du miracle, mais de la régularité des lois naturelles, qui sont comme un miracle permanent.
 
Hélas, on cesse de s'étonner devant un miracle constant.
Nous sommes des êtres vivants. Voilà le vrai miracle, le miracle constant. Nous ne sommes pas différents des autres êtres vivants. Partout, ce sont les mêmes mécanismes. Partout, les gènes sont à l’œuvre pour préserver l'équilibre dynamique du corps. Des entrées continuelles, de la nourriture, de l'eau, de l'oxygène et des sorties incessantes, des excréments, de la sueur, du gaz carbonique. Tout cela, pour maintenir l'équilibre du corps, l'homéostasie.
 

 
Un arbre ne possède pas d'existence indépendante: Il se dissout en un réseau de relations s'étendant à l'univers entier : la pluie qui tombe sur ses feuilles, le vent qui l'agite, le sol qui le nourrit et le fait vivre, les saisons et le temps, la lumière du soleil - tout cela fait partie de l'arbre.
 
Tout l'univers contribue à faire de l'arbre ce qu'il est. Il ne peut à aucun moment être isolé du reste du monde et à chaque instant, il se modifie imperceptiblement. Mais que se passe-t-il  quand il meurt ? Va-t-il au paradis des arbres ? Y ' a-t-il un au-delà pour lui ?
Non, bien sûr.
Alors, pourquoi accorder aux hommes ce qui paraît impossible à accepter pour les arbres et même pour les animaux, connaissant ce qu'ils sont vraiment ?
Sommes-nous différents d'eux ?
 
Tout l'univers contribue à faire de l'homme ce qu'il est, n'est-ce pas suffisant ?
Que faut-il de plus ? Une âme ? Un moi éternel ? Une vie dans l'au-delà ?
 
Le sentiment d'être un "je" enfermé dans un corps comme un prisonnier dans sa prison est une illusion. En réalité, Il n'y a pas de prisonnier, il n'y a donc pas de prison.
Il y a juste un organisme conscient d'être vivant et étonné d'être conscient.
Et c'est déjà pas mal, non ?  Wink  http://illusiondelego.blogspot.fr/
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
tom56
Membre
Membre
avatar

Masculin Age : 39
Localisation : Bretagne
Votre pratique, votre tradition : je lis et médite...
Lion Chèvre
Messages : 50
Points de participation : 70
Réputation & Pertinence : 2
Date d'inscription : 13/12/2017

MessageSujet: Re: L'illusion de l'ego   Jeu 14 Déc - 22:49

Eh bien, sujet très intéressant... Damn', je viens de me "taper" les 17 pages pour un message à l'origine ! :/

@Yan a écrit:
Le sentiment d'être un "je" enfermé dans un corps comme un prisonnier dans sa prison est une illusion. En réalité, Il n'y a pas de prisonnier, il n'y a donc pas de prison.
Il y a juste un organisme conscient d'être vivant et étonné d'être conscient.

La question de l'ego me semble fondamentale. Juste un bref aparté, dans certaines pathologies
les personnes sont réellement prisonnières de leur corps... Dans ma compréhension actuelle des choses, je ne fais pas vraiment de différence entre le "matériel" et le "spirituel" (avec un cerveau en dégénérescence, on ne peut pas avoir une "conscience" normale, des "idées" efficaces...) ; mais c'est vrai qu'en voyant le corps d'une personne venant de mourir, on ne peut s'empêcher que "quelque chose" qui l'habitait et qui l'animait a disparut, a cessé de "mettre le corps en mouvement"...

"Il y a juste un organisme conscient d'être vivant et étonné d'être conscient"... ou étonné d'être vivant ?! Smile C'est déjà effectivement juste miraculeux que l'Univers existe, que la Vie existe, et que notre amas de cellules et de gènes ait donné quelque chose de vivant, qui n'a pourtant pas grand-chose de différent, à première vue, qu'un amas de cellules inertes... Sad

Pour ce qui est de l'Ego... Il serait effectivement temps de s'en débarrasser ! L'être humain tire sa volition de l'Ego, et les plus grandes monstruosités sont nées de cet "hybris", de cette démesure... Charlemagne ou Napoléon ne sont à mes yeux pas différents d'Hitler ou de tous ces autres dictateurs historiques, que nous avons pour certains érigés au rang de héros !

Pour autant... sans Ego, l'être humain n'est-il pas enclin à une baisse de l'estime de soi, à une rumination de sentiments noirs, à un risque accru de tentative de suicide même ? Pour moi tout est là... Certains pourraient être tentés de dire que le Bouddhisme, mal compris, est une spiritualité qui prônerait volontiers le pessimisme ; alors qu'on parle souvent d'un immense bien-être et d'un intense bonheur chez les "Eveillés" ! Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
tom56
Membre
Membre
avatar

Masculin Age : 39
Localisation : Bretagne
Votre pratique, votre tradition : je lis et médite...
Lion Chèvre
Messages : 50
Points de participation : 70
Réputation & Pertinence : 2
Date d'inscription : 13/12/2017

MessageSujet: Re: L'illusion de l'ego   Ven 15 Déc - 0:21





"La compréhension de la Vacuité des phénomènes" : la "nature" de toute chose, l'impermanence des choses...
Revenir en haut Aller en bas
tchamba
Membre
Membre


Masculin Age : 44
Localisation : Tours
Votre pratique, votre tradition : Zen Soto
Lion Tigre
Messages : 785
Points de participation : 1020
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 28/04/2016

MessageSujet: Re: L'illusion de l'ego   Lun 18 Déc - 16:16

"Pour ce qui est de l'Ego... Il serait effectivement temps de s'en débarrasser !"

Non non, il n'est pas question de s'en débarrasser, seulement de ne pas s'y identifier et de ne pas s'y soumettre. Le lâcher prise implique seulement de voir les choses l'égo pour ce qu'elles sont sans s'y attacher ni rejet.
Revenir en haut Aller en bas
tom56
Membre
Membre
avatar

Masculin Age : 39
Localisation : Bretagne
Votre pratique, votre tradition : je lis et médite...
Lion Chèvre
Messages : 50
Points de participation : 70
Réputation & Pertinence : 2
Date d'inscription : 13/12/2017

MessageSujet: Re: L'illusion de l'ego   Mar 19 Déc - 6:42

"sans attaches ni rejets" - merci Tchamba, c'est vrai que c'est ça la "voie du milieu" Smile

D'autant plus que, ben, "on ne peut pas aller contre notre nature"... on est fait notamment de processus électriques et chimiques (neurones et hormones) ; et sans même parler de douleur, ben c'est pas facile (voire même impossible ?!) d'aller "contre sa nature", je veux dire que notre caractère est dépendant de nos "pulsions" influencées par nos hormones... En même temps nos pensées même influencent (sont conditionnées et conditionnent) nos sécrétions hormonales...

Tout ça pour dire, oui, merci de me le rappeler, plutôt que de vouloir "nier sa nature", l'observer, s'en détacher... Tout ça a du sens ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'illusion de l'ego   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'illusion de l'ego
Revenir en haut 
Page 18 sur 18Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
zen forum :: Bouddhisme zen :: Spiritualité en général-
Sauter vers: