zen forum
Bienvenue !
Connectez vous avec votre pseudo et votre mot de passe
ou inscrivez vous gratuitement pour participer au forum.
Merci de nous rejoindre !

zen forum

forum de discussion sur le bouddhisme zen


 

Site officielSite officiel  facebookfacebook  YouTubeYouTube  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum de discussion sur le bouddhisme zen soto et la spiritualité en général

Partagez | 
 

 J'étais bouddhiste zen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zwolf
Membre
Membre


Masculin Age : 28
Localisation : paris
Votre pratique, votre tradition : Boudhisme zen, prédation
Capricorne Dragon
Messages : 6
Points de participation : 12
Réputation & Pertinence : 1
Date d'inscription : 09/11/2013

MessageSujet: J'étais bouddhiste zen   Ven 18 Aoû - 17:53

Bonjour,

Je voulais vous informer que si vous avez besoin d'aide (tout le monde en a besoin d'être sauvé), demandez à Jésus et il vous donnera la vie.

Comme il le fait miraculeusement et avec aucun effort de notre part, à tous ceux qui le lui demande.

90 % des témoignages convergent vers Jésus.
Car il est le chemin, la vérité et la vie.

Si la plénitude de la vérité était ailleurs, ont verrait des miracles aussi nombreux et puissant ailleurs. Mais ce n'est pas le cas.

(termes tapés sur google):


Témoignage Musulman:
https://www.google.fr/search?biw=1288&bih=678&tbm=vid&q=T%C3%A9moignage+musulman&spell=1&sa=X&ved=0ahUKEwjluvrohJ3SAhVFIcAKHUD3Bj8QBQgaKAA&dpr=1


Témoignage hindouiste:
https://www.google.fr/search?biw=1288&bih=678&tbm=vid&q=T%C3%A9moignage+hindouiste&oq=T%C3%A9moignage+hindouiste&gs_l=serp.3..33i160k1.15679.19077.0.19322.14.13.1.0.0.0.207.1381.6j5j1.12.0....0...1c.1.64.serp..1.11.1242...0j30i10k1.YY6snpymqoA


Témoignage juf (en dehors de la Shoa)::
https://www.google.fr/search?q=T%C3%A9moignage+juif&biw=1288&bih=678&tbm=vid&ei=HQeqWOXmI4ipUYicjfAK&start=20&sa=N&dpr=1


Témoignage bouddhiste:
https://www.google.fr/search?biw=1288&bih=678&tbm=vid&q=T%C3%A9moignage+bouddhiste&oq=T%C3%A9moignage+bouddhiste&gs_l=serp.3..33i160k1.5058.7377.0.7568.12.10.1.0.0.0.210.974.1j5j1.7.0....0...1c.1.64.serp..4.8.971...0i8i30k1j30i10k1.FcJd8YLFJrg


Témoignage New-agiste:
https://www.google.fr/search?biw=1288&bih=678&tbm=vid&q=T%C3%A9moignage+new+age&oq=T%C3%A9moignage+new+age&gs_l=serp.3...3778.11557.0.11707.9.8.1.0.0.0.127.778.4j4.8.0....0...1c.1.64.serp..0.6.557...0j33i160k1j33i21k1.jdfLW92qK2k
Revenir en haut Aller en bas
tchamba
Membre
Membre


Masculin Age : 43
Localisation : Tours
Votre pratique, votre tradition : Zen Soto
Lion Tigre
Messages : 484
Points de participation : 643
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 28/04/2016

MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Ven 18 Aoû - 21:12

J'étais chrétien catholique.

Je sais ce que vaut un témoignage chrétien. Ils divergent plus qu'ils ne convergent. Ils divaguent surtout.

Si la plénitude est ici et maintenant on n'a pas besoin de Jésus ni de miracles.

Je passe mon tour.
Revenir en haut Aller en bas
zwolf
Membre
Membre


Masculin Age : 28
Localisation : paris
Votre pratique, votre tradition : Boudhisme zen, prédation
Capricorne Dragon
Messages : 6
Points de participation : 12
Réputation & Pertinence : 1
Date d'inscription : 09/11/2013

MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Ven 18 Aoû - 22:35

Voici ce que l'on a lorsque l'on tape "témoignage catholique":

https://www.google.fr/search?q=t%C3%A9moignage+catholique&rlz=1C5CHFA_enFR710FR710&source=lnms&tbm=vid&sa=X&ved=0ahUKEwitqKXZ0OHVAhXBA8AKHeIQCwIQ_AUICygC&biw=1280&bih=703

Exactement la même chose que pour les cas précédents. 90 % des témoignes convergent vers une intervention surnaturelle de Jésus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Mar 22 Aoû - 10:25

L'enseignement du Bouddha Shakyamuni est considéré comme le souverain remède à "dukkha". Insurpassable. Rien de plus. Et c'est déjà bien assez. Chacun dans le monde doit trouvé le chemin spirituel qui est fait pour lui.

Nombre de chrétiens, catholiques en particulier, dans le monde, collaborent et s'entendent fort bien avec des pratiquants du bouddhisme sans que l'un cherche à rivaliser ou à convertir l'autre (plus maintenant). En ce qui me concerne j'ai suivi le chemin rigoureusement inverse à celui de zwolf. Et je m'en trouve mieux. Je ne m'étalerais pas sur le sujet, inutile donc de me questionner là dessus. Chacun sont cheminement. Le cheminement de chacun est unique même si nous sommes tous des êtres sensibles en proie à dukkha dans le samasara.

Toutefois mon maître actuel m'incite à ne faire aucune discrimination de quelque nature que ce soit, la discrimination a pour cause l'ignorance de la nature de la réalité ultime et cette ignorance débouche invariablement sur dukkha.

Chacun doit regarder profondément en soi , trouver ce qui le fait souffrir, trouver ses besoins et chercher à les combler dans l'enseignement spirituel (ou l'absence d'enseignement spirituel) qui est le plus adéquat.

"Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens font des distinctions dans leur esprit et pensent qu'elles sont vérité".


Thich Nhat Hanh a écrit un remarquable petit ouvrage nommé "Bouddha et Jésus sont des frères". A recommandé à quiconque serait tenté de la faire rivaliser.

De plus les point de ressemblance entre la vie de Jésus de Nazareth et de Siddharta Gautama Shakyamuni "Bouddha" sont trop nombreux et les points de ressemblance de leurs enseignements sur l'éthique trop nombreux aussi pour qu'il soit pertinent de les faire rivaliser ou opposer. Ce n'est pas le lieu pour évoquer cela mais quiconque cherche un peu sans apriori saura trouver l'information.
Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 44
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 1784
Points de participation : 2044
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Mer 23 Aoû - 13:46

Vicentius a écrit:
Chacun doit regarder profondément en soi , trouver ce qui le fait souffrir,

Quelque part, j’aurais envie de dire que la souffrance n’a pas d’autre origine qu’elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
tchamba
Membre
Membre


Masculin Age : 43
Localisation : Tours
Votre pratique, votre tradition : Zen Soto
Lion Tigre
Messages : 484
Points de participation : 643
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 28/04/2016

MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Dim 27 Aoû - 17:06

Vincentius a écrit:
L'enseignement du Bouddha Shakyamuni est considéré comme le souverain remède à "dukkha". Insurpassable. Rien de plus. Et c'est déjà bien assez. Chacun dans le monde doit trouvé le chemin spirituel qui est fait pour lui.

Nombre de chrétiens, catholiques en particulier, dans le monde, collaborent et s'entendent fort bien avec des pratiquants du bouddhisme sans que l'un cherche à rivaliser ou à convertir l'autre (plus maintenant). En ce qui me concerne j'ai suivi le chemin rigoureusement inverse à celui de zwolf. Et je m'en trouve mieux. Je ne m'étalerais pas sur le sujet, inutile donc de me questionner là dessus. Chacun sont cheminement. Le cheminement de chacun est unique même si nous sommes tous des êtres sensibles en proie à dukkha dans le samasara.

Toutefois mon maître actuel m'incite à ne faire aucune discrimination de quelque nature que ce soit, la discrimination a pour cause l'ignorance de la nature de la réalité ultime et cette ignorance débouche invariablement sur dukkha.

Chacun doit regarder profondément en soi , trouver ce qui le fait souffrir, trouver ses besoins et chercher à les combler dans l'enseignement spirituel (ou l'absence d'enseignement spirituel) qui est le plus adéquat.

"Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens font des distinctions dans leur esprit et pensent qu'elles sont vérité".


Thich Nhat Hanh a écrit un remarquable petit ouvrage nommé "Bouddha et Jésus sont des frères". A recommandé à quiconque serait tenté de la faire rivaliser.

De plus les point de ressemblance entre la vie de Jésus de Nazareth et de Siddharta Gautama Shakyamuni "Bouddha" sont trop nombreux et les points de ressemblance de leurs enseignements sur l'éthique trop nombreux aussi pour qu'il soit pertinent de les faire rivaliser ou opposer. Ce n'est pas le lieu pour évoquer cela mais quiconque cherche un peu sans apriori saura trouver l'information.

Loin de moi l'idée de vouloir rivaliser avec des prosélytes.

Ne pas vouloir discriminer c'est encore discriminer.

Si le but était uniquement de se débarrasser de sa souffrance personnelle peut-être que je devrais essayer la morphine ou me crever les yeux au moins je verrais moins la souffrance des autres.

Abel et Caïn étaient frères également.

Le problème ce n'est pas Jésus mais Paul de Tarse (Saint Paul pour les intimes) et tous les faux témoignages.

Le rôle attribué à Google par zwolf me fait doucement rigoler. Heureux les simples d'esprit, le royaumes des cieux leur appartient. Je leur laisse bien volontiers. Je préfère l'enfer terrestre où l'on peut aider ceux qui souffrent. Je ne suis pas pressé d'être un bouddha.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Dim 27 Aoû - 18:56

@tchamba : si vous ne voulez pas "rivaliser avec des prosélytes", pourquoi être intervenu ? Personne ne vous y obligeait. Vous avez aussi vos conceptions et vous les avancez comme tout le monde Smile

Cela dit sans vous offenser. C'est un constat, une observation. Rien de plus. 

Il ne faut jamais dire "fontaine je ne boirais pas de ton eau". 
Revenir en haut Aller en bas
tchamba
Membre
Membre


Masculin Age : 43
Localisation : Tours
Votre pratique, votre tradition : Zen Soto
Lion Tigre
Messages : 484
Points de participation : 643
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 28/04/2016

MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Dim 27 Aoû - 21:06

Vincentius a écrit:
@tchamba : si vous ne voulez pas "rivaliser avec des prosélytes", pourquoi être intervenu ? Personne ne vous y obligeait. Vous avez aussi vos conceptions et vous les avancez comme tout le monde Smile
Cela dit sans vous offenser. C'est un constat, une observation. Rien de plus. 
Il ne faut jamais dire "fontaine je ne boirais pas de ton eau". 

Oui mais contrairement à toi je ne suis pas dans le déni par rapport au fait de discriminer.

J'essaye seulement de ne pas discriminer à partir de mon ego.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Dim 27 Aoû - 23:19

@Tchamba : donc si je vous suis bien, vous m'invitez à être vigilant quand à mon "ego" (ou plutôt à mon "Moi"), vous suggérez que chercher à cultiver la non-discrimination est déjà une forme de discrimination en soi (possible en effet) mue par ce que vous nommez ego, et vous m'indiquez vous même ne plus en être à ce stade là car je serais dans le "déni" et vous non. 

Je suis d'accord, vous essayez de ne pas discriminer à partir de votre ego. Bien Smile

Merci pour la mise en garde Smile
Revenir en haut Aller en bas
tchamba
Membre
Membre


Masculin Age : 43
Localisation : Tours
Votre pratique, votre tradition : Zen Soto
Lion Tigre
Messages : 484
Points de participation : 643
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 28/04/2016

MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Lun 28 Aoû - 10:04

Vincentius a écrit:
@Tchamba : donc si je vous suis bien, vous m'invitez à être vigilant quand à mon "ego" (ou plutôt à mon "Moi"), vous suggérez que chercher à cultiver la non-discrimination est déjà une forme de discrimination en soi (possible en effet) mue par ce que vous nommez ego, et vous m'indiquez vous même ne plus en être à ce stade là car je serais dans le "déni" et vous non. 
Je suis d'accord, vous essayez de ne pas discriminer à partir de votre ego. Bien Smile
Merci pour la mise en garde Smile

Fondamentalement nous sommes d'accord.

Il faut également s'efforcer de cultiver la non-discrimination. Il semblerait que je vous ai jugé un peu vite. Veuillez m'en excuser.

Il ne faut pas confondre la non discrimination avec la confusion, la non-dualité avec l'unité. Cela vaut aussi pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Lun 28 Aoû - 10:36

Fondamentalement nous sommes d'accord.


Possible. Sur certains points sans doute. Sur d'autre non. Quelle importance ? Pour vous ? Pour moi ? Cela en a ?  

 Il semblerait que je vous ai jugé un peu vite.


N'est ce pas ce que nous faisons tous ? C'est si facile Smile Le cheval ne demande qu'a ruer. Peut être est-ce ce mot là "juger" qui est le plus important, plutôt que "mal" ? Juger l'autre n'est ce pas commencer par se juger soi ? 


Veuillez m'en excuser.


Vous vous êtes nuit à vous même en premier, je ne suis qu'un dommage collatéral  Laughing Mais c'est bien de savoir faire machine arrière, cela demande force de caractère, humilité, c'est bien. A cultiver aussi. 


Il ne faut pas confondre la non discrimination avec la confusion, la non-dualité avec l'unité.


Des mots. Inévitablement mal-pratiques. Obligés de faire avec pour le moment.

  
Cela vaut aussi pour moi.


Cela vaut pour la quasi totalité des gens.
Revenir en haut Aller en bas
tchamba
Membre
Membre


Masculin Age : 43
Localisation : Tours
Votre pratique, votre tradition : Zen Soto
Lion Tigre
Messages : 484
Points de participation : 643
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 28/04/2016

MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Lun 28 Aoû - 10:51

Oui cela a de l'importance. On ne progresse pas tout seul.

Ce n'est pas en imposant le silence (à soi-même ou aux autres) que l'on peut s'exercer à la parole juste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Lun 28 Aoû - 11:34

Pourquoi parler d'imposer ? 

On peut progresser seul mais c'est beaucoup plus ardu, risqué, long. Des moines tibétains par exemple s'isolent pendant de longues périodes en solitaire afin de faire en eux le travail nécessaire de purification mental et ensuite en ressortent parfois après des années, suffisamment stables pour être vraiment efficaces vis à vis des autres. Il y a peu je lisais que le moine Matthieu Ricard lui goûtait beaucoup la solitude (silencieuse), c'était lui des moments très appréciables qui visiblement lui apportaient du bien.

Du bon sens. Comment espérer être efficace vis à vis des autres si l'on est déjà par capable d'être efficace vis à vis de soi ? 

J'écoute beaucoup Thich Nhat Hanh et régulièrement, au milieu de ses enseignements enregistrés en vidéo, qui d'ailleurs pour certains sont d'abord ce que l'on pourrait appeler des "cours magistraux" (il a aussi des séances de questions-réponses), il fait des pauses silencieuses, il se recueille, tout le monde fait silence. Les silences sont aussi importants. C'est parce que je suis un grand bavard que justement j'insiste sur ce point, je connais bien le problème du bavardage oisif. Vous connaissez l'origine "légendaire" que l'on prête à l'école Zen je suppose ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
tchamba
Membre
Membre


Masculin Age : 43
Localisation : Tours
Votre pratique, votre tradition : Zen Soto
Lion Tigre
Messages : 484
Points de participation : 643
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 28/04/2016

MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Lun 28 Aoû - 12:26

Vincentius a écrit:
Pourquoi parler d'imposer ? 

Parce que souvent le silence s'impose de lui-même. Et s'il s'impose c'est parce qu'il a des vertus comme celles dont tu parles.

Rivaliser avec des prosélytes chrétiens consisterait à aller sur des forum chrétiens pour parler de la Vérité qui se dégage des soutras et témoigner de la joie d'être bouddhiste.

Ce serait aussi absurde que de parler pendant des heures du silence.

Le silence parle de lui-même. Encore faut-il lui prêter l'oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Lun 28 Aoû - 12:46

Peut être. 

Rivaliser avec des prosélytes chrétiens consisterait à aller sur des forum chrétiens pour parler de la Vérité qui se dégage des soutras et témoigner de la joie d'être bouddhiste.


En ce qui me concerne, tu "prêches un convaincu". D'expérience. 

Le silence parle de lui-même. 


Prudence. Thich Nhat Hanh mets en garde contre le "piège des notions". L'attachement aux conceptions. Est ce que le silence parle toujours de lui même ? Pour peu qu'on l'écoute ? Un dogme ? Je ne dis pas que c'est faux juste que peut être il peut y avoir des circonstances ou cela ne se vérifie pas. Méfiance vis à vis des absolus. 

Prise de conscience, discrimination vis à vis du fait d'imposer quelque chose. Il est possible qu'en certaines circonstances imposer quelque chose se révéle un moyen "habile". 
Revenir en haut Aller en bas
tchamba
Membre
Membre


Masculin Age : 43
Localisation : Tours
Votre pratique, votre tradition : Zen Soto
Lion Tigre
Messages : 484
Points de participation : 643
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 28/04/2016

MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Lun 28 Aoû - 14:26

Lorsque un chrétien me parle de se mettre à l'écoute du silence de Dieu. Je me contente de lui sourire.  On partage la même expérience. On trouve la même idée dans le soufisme et dans l'hindouisme, également dans le judaïsme.
J'ai bien peur que rien ne soit moins dogmatique que le silence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Lun 28 Aoû - 14:28

Je ne sais pas. Assez écrit pour moi pour aujourd'hui en tout cas. Bonne fin de journée.
Petite citation pour clore :
 
Vers la fin de sa vie on demanda au Mahatma Gandhi si il était hindouiste, il répondit : 
« Oui je le suis. Je suis aussi un chrétien, un musulman, un bouddhiste et un juif. »

PS : juste une question quand je lis votre dernière phrase j'ai l'impression d'y voir une certaine comment dire... pas "pitié" vis à vis des autres pratiquants cités mais comme l'expression que vous auriez une sorte de "supériorité" par rapport à eux car vous pensez mieux comprendre ou mieux voir les choses. C'est le cas ou cela vient de moi ? (C'est tout à fait possible car ce qui je décris ci-dessus je peux parfaitement l'expérimenté parfois donc je sais de quoi je parle - et comme l'on reconnait aisément chez les autres des défauts qui sont en fait nôtres mais que l'on refuse de voir...). Je pose la question car.. comment dire... votre phrase pour moi a quelque chose de "grinçant". Et je suis curieux de savoir si cela vient vraiment de vous ou seulement de moi ou des 2. Simple curiosité. Comme sur un forum on ne voit pas l'expression du visage ou de la voix. 
Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 44
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 1784
Points de participation : 2044
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Mar 29 Aoû - 1:28

Non, c'est dans ta tête Vincentius Very Happy

@Tchamba

On dit bien que le silence est le même dans toutes les langues.
Revenir en haut Aller en bas
tchamba
Membre
Membre


Masculin Age : 43
Localisation : Tours
Votre pratique, votre tradition : Zen Soto
Lion Tigre
Messages : 484
Points de participation : 643
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 28/04/2016

MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Mar 29 Aoû - 10:21

Les deux. Je suis grinçant également à l'égard du bouddhisme et de moi-même.
Je ne sais pas si on peut être condescendant à l'égard de soi-même.
Je ne pense pas être condescendant, seulement con, peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Mar 29 Aoû - 11:44

Et cela vous est utile d'être condescendant, grinçant ou "con" ? Envers qui ou quoi que ce soit ? (le terme "con" est vague, il mériterait d'être précisé tant il peut avoir de définitions, et comme on le dit : on est toujours le con de quelqu'un.) Plus poliment il me semble que le Bouddha a dit quelque chose dans ce sens : en ce monde nulle n'est épargné par le blâme, pas même le Bouddha. 
Je me souviens d'un échange que l'on m'avait rapporté entre une personne et un maître, la personne disait au maître : vous avez beaucoup d'aversion. Et il répondait : c'est vrai, je ne m'en sers pas du tout. 
Revenir en haut Aller en bas
tchamba
Membre
Membre


Masculin Age : 43
Localisation : Tours
Votre pratique, votre tradition : Zen Soto
Lion Tigre
Messages : 484
Points de participation : 643
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 28/04/2016

MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Mar 29 Aoû - 12:17

Vincentius a écrit:
Et cela vous est utile d'être condescendant, grinçant ou "con" ? Envers qui ou quoi que ce soit ? (le terme "con" est vague, il mériterait d'être précisé tant il peut avoir de définitions, et comme on le dit : on est toujours le con de quelqu'un.) Plus poliment il me semble que le Bouddha a dit quelque chose dans ce sens : en ce monde nulle n'est épargné par le blâme, pas même le Bouddha. 
Je me souviens d'un échange que l'on m'avait rapporté entre une personne et un maître, la personne disait au maître : vous avez beaucoup d'aversion. Et il répondait : c'est vrai, je ne m'en sers pas du tout. 

De même que l'on peut interpréter le silence du bouddha de différente manière on peut également interpréter son rire de différente manière.

Personnellement  j'ai tendance à y voir de l'auto-dérision comme s'il demandait que l'on ne le prenne pas trop au sérieux non plus.

Dans les centres et dojo zen on je vais, je rencontre souvent des gens extrêmement grinçants et drôles, mêlant ironie et humour noir, sans limite mais toujours joyeux. Je pense que l'esprit de sérieux est mortifère alors que la Voie ne l'est pas.

Les bisounours du village des Pruniers me font moins rire. Je pense que c'est une question de caractère ou si tu préfères de Karma.
En même temps je lis Thich Nhat Hanh en ce moment. Si je le lis c'est aussi parce que j'ai un travail à faire de ce côté.
Évidemment, je ne lui demande pas d'être drôle.

Il faut seulement se méfier de blesser personne. Sur un forum ce n'est pas facile. C'est pourquoi je suis prompt à m'excuser si je sens que je vais trop loin. La justesse est avant tout une question de dosage. C'est en agissant en bouddha qu'on devient un bouddha mais on ne part pas tous du même point. J'ignore à quel stade j'en suis comme j'ignore à quel stade tu en es. Quand je dis que je suis con, je veux signifier par là que je pense ne pas me faire trop d'illusion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Mar 29 Aoû - 12:54

L'humour, le rire, l'auto-dérision sont important aussi, je pense qu'il sont inclus dans la "joie" qui doit accompagné la pratique. 

Pourquoi "bisounours" ? 

Pour avoir visionné plusieurs enseignements assez longs de Thich Nhat Hanh, je l'ai vu plusieurs fois faire sourire et amusé son auditoire, une fois même le faire rire, 2 fois même.  Je pense que ses vidéo sont plus utiles que ses écrits. Il y a sa voix, son sourire, son calme, ses pauses, ses dessins au tableau.

Je vu et lu aussi des choses en rapport avec le rire dans le zen. J'ai aussi expérimenté plusieurs fois le rire grâce entre autre à maître Dôgen et indirectement à Thich Nhat Hanh pas plus tard qu'hier encore en marchant dans la rue avec attention. "Pleine conscience" dirait-il peut être. Les paraboles zen me font parfois beaucoup rire.
 

J'ai un article aussi sur ce que l'on appelle le "rire dévastateur du Bouddha". Et il y a aussi le bouddha rieur chinois (qui n'est pas évidemment le Bouddha Shakyamuni). Dans un documentaire sur Maître Deshimaru je crois que c'est le danseur Maurice Béjard (mais ce serait à vérifier) qui a dit avoir "appris" ce qu'était vraiment rire grâce à Taisen Deshimaru. 

Oui ne blesser personne... par exemple en évitant de qualifier les disciple de Tich Nhat Hanh de Bisounours Laughing . Rassurez vous cela ne m'a rien fait. On est aussi libre de ne pas se sentir offensé quand quelqu'un vous dit quelque chose qui peut être offensant. Les Bisounours sont tout de même des êtres foncièrement bons en principe, plein d'amour, tendre, souvent joyeux et compatissants, il agissent en commun régulièrement comme une sangha. Et ils sont plutôt heureux je crois. Alors je ne vois pas pourquoi je pourrais me sentir offensé !  Laughing

J'aime bien faire des câlins moi, être tendre, réconforter, et un Bisounours c'est fait pour ça. Alors va pour Bisounours, je veux bien du qualificatif  Laughing On m'a déjà qualifié de bien pire. 

Est ce que j'ai posté la parabole zen "pire qu'un clown" ? 

Je lisais aussi quelque chose a propos des insultes par exemple, quand quelqu'un en face de vous vous agresse verbalement, vous insulte, cherche à vous faire mal, on peut le prendre comme un cadeau qu'il cherche à vous faire, il vous tend un cadeau, mais personne ne vous oblige à le prendre, vous pouvez dire "non merci, je vous le laisse", et l'offenseur reste avec son cadeau dans les bras, à lui de gérer sa colère. On peut trouver plus compatissant comme attitude mais au moins on ne se laisse pas entraîné. 

Il y a des années je réagissais comme tout le monde sur les forums quand on me qualifiait de ceci ou de cela. Beaucoup moins maintenant voir plus du tout, pour une raison très simple, quand on me dit : vous êtes ceci ou vous êtes cela, je réponds : oui vous avez raison il peut m'arriver d'être ceci ou cela, je suis même aussi parfois ainsi, et comme ça et autrement etc...

C'est très libérateur l'acceptation et en général l'agresseur en face se trouve vite impuissant. Il faut être 2 pour se battre. Personne ne vous oblige à grimper sur le ring. Sauf le "moi" sans doute Smile

Rassurez vous aussi, vous n'êtes pas le premier à être plus que sceptique quand à Tich Nhat Hanh et à sa communauté. C'est quelqu'un qui est beaucoup plus subtile et profond qu'il n'y paraît. Mais ce n'est pas forcément le meilleur maître possible pour tout le monde. Il est adapté à certains c'est tout. 

Moi en ce moment j'ai beaucoup d'aversion pour l'Islam alors j'essais de me soigner aussi, et j'essais aussi de travailler sur mes origines spirituelles chrétiennes catholiques pour ne pas non plus tomber dans l'aversion. Là Thich Nhat Hanh est très utile. Même si parfois il peut dire des choses en apparence profondément choquantes comme mettre sur le même plan Terre Pure Nirvana et Royaume de Dieu dans la même phrase. J'ai mis du temps à comprendre. Au début cela ma dérangé je l'avoue plus trop maintenant. 

Et pour revenir au fil d'origine, je pense qu'il est incorrect de dire que l'on a été bouddhiste puis que l'on est devenu chrétien ou l'inverse. C'est un flux, un tout, on ne peut pas soudain se séparer entièrement de tout ce que l'on a été avant, on ne devient pas amnésique spirituellement. On mue si l'on veut. Mais comme le dirait Thich Nhat Hanh, dans la plante si on regarde profondément on voit toujours la graine qu'elle a été. La graine n'a pas cessé d'existé. C'est impossible. 

Donc en moi il y a toujours nécessairement du chrétien catholique, autant vivre en paix avec non ?    Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
tchamba
Membre
Membre


Masculin Age : 43
Localisation : Tours
Votre pratique, votre tradition : Zen Soto
Lion Tigre
Messages : 484
Points de participation : 643
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 28/04/2016

MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Mar 29 Aoû - 13:58

Je suis d'accord avec ce que tu écris mais j'ai l'impression que tu ignores parfois les vertus de la provocation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Mar 29 Aoû - 14:12

C'est une impression en effet, je ne saurais dire si elle est correcte ou non. 
Et puis cela ne répond pas à la question du "Pourquoi Bisounours". C'est juste de la provocation ? Dans quel but ? 
Revenir en haut Aller en bas
tchamba
Membre
Membre


Masculin Age : 43
Localisation : Tours
Votre pratique, votre tradition : Zen Soto
Lion Tigre
Messages : 484
Points de participation : 643
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 28/04/2016

MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Mar 29 Aoû - 15:50

Faire court, en un mot tu as compris l'idée.
Ce qui me gène avec le mot "Bisounours" c'est que Marine Le pen, l'utilise aussi pour dire qu'elle évite la langue de bois politiquement correcte.
On peut donc en faire un usage démagogique et simpliste.

D'ailleurs le mot bisounours synthétise bien ce qu'on reproche généralement aux bouddhistes, comme si la violence était inévitable et qu'il faut bien à un moment ou a un autre taper sur la table.

Mais si je commence à vouloir éviter les mots qu'utilise  Marine Le Pen je suis à nouveau réduit au silence.

Dans quel but? Aller directement "to the point" éviter le bavardage.
Ce qui me motive? La curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Mar 29 Aoû - 17:26

A propos de mots.
 
Hier en me promenant j'ai pensé que si j'avais un chien, je l’appellerais "camion", justement parce que c'est un chien. Et je me suis poêlé tout seul dans la rue. Blague solitaire sur les désignations conventionnelles. 

Blague à part, tu es gène par la vacuité ? Parce que outre le fait que Bisounours est une désignation conventionnelle, c'est aussi un concept vide de soi. 

Marine le Pen aussi est vacuité. (sans jeu de mot). 
Je suis vacuité.
Le Bouddha aussi. 
Toi aussi. 

Tu as de l'aversion pour Marine le Pen ? Parce que au niveau ultime toi moi et elle ne sommes pas si différents que cela. Si elle te gène alors tu te gènes toi-même non ? Embarrassant.

Si Marine Le Pen te gène c'est peut être parce que tu refuses d'accepter qu'elle n'est guère différente de toi. Ou de moi d'ailleurs. C'est un être qui mérite en fait bien plus de compassion que de reproches. C'est plus agréable la compassion comme état que la réprobation non ? J'ai dit compassion non complaisance. Moi plus on critique cette femme plus elle attire ma sympathie, non pour ses idées (quoi que tout n'est pas nécessairement à jeter) mais comme être humain. Evidemment elle fait de mauvais choix, elle a aussi été formée par son père. Elle n'a pas choisit ni ou ni quand elle est née. Comme nous tous. Ni toi ni moi ne la connaissons en privé, elle à forcément des qualité. Et elle est aussi à sa façon un excellent maître en nous montrant ce qu'il ne faut pas faire (sans doute bien malgré elle). 

J'avais lu aussi qu'on pouvait voir les choses ainsi : on s'entraîne à considéré que tous les êtres autour de soi sont déjà des bouddhas, des éveillés, sauf soi, et que tous à chaque instant font de leur mieux pour nous apprendre comme devenir des bouddhas, de milles façons. A nous d'être assez équanime, lucide, serein, pour accepter et comprendre tout ce qu'ils nous apprennent et à être reconnaissant. J'ai une parabole de coté qui reprend un peu cette idée il faudrait que je la retrouve. Cela demande beaucoup d'entrainement évidemment. 

C'est drôle c'est un peu comme le point Godwin, on retombe toujours sur cette dame tôt ou tard. Elle devrait se sentir flattée d'être l'objet de tant d'attentions tu ne crois pas ? Laughing  

PS : j'ai aussi de coté quelques lignes sur la spécificité du bouddhisme zen vietnamien dont est issu Thich Nhat Hanh, si cela t'intéresse, pour t'aider à mieux appréhender son approche particulière. De plus n'oubli pas qu'il a été forgé par sa vie, son expérience, alors son immense soucis de conciliation, de non-discrimination, de compassion et d'amour n'est pas étranger à la violence à laquelle il fut confronté. Regarde un peu sa vie tu comprendras peut être mieux le pourquoi. si ce n'est pas déjà fait évidemment. 
Revenir en haut Aller en bas
tchamba
Membre
Membre


Masculin Age : 43
Localisation : Tours
Votre pratique, votre tradition : Zen Soto
Lion Tigre
Messages : 484
Points de participation : 643
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 28/04/2016

MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Mar 29 Aoû - 17:54

Je suis intéressé par les spécificités du zen vietnamien.

En revanche, je n'ai rien contre Marine Le Pen en tant que personne mais je me méfie des mots et des effets qu'ils peuvent produire. Même si les concepts sont vide de soi, ils peuvent produire des catastrophes. Le point Godwin sert à le rappeler. Zwolf a la mémoire courte. Qu'une majorité de personne soient d'accord (même à 90%) n'implique nullement qu'elles aient raison.

Pour le reste je suis d'accord.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'étais bouddhiste zen   Mar 29 Aoû - 18:17

"Les mots ont le pouvoir de détruire et de soigner, si ils sont justes et généreux, ils peuvent changer le monde". 

J'ai aussi de la méfiance vis à vis des mots mais pour d'autres raisons. 
J'ai suivi une formation en PNL très instructive sur ce point. 

Pour le zen vietnamien je vais d'abord demandé à notre hôte si je peux posé un file quelque part ici et si oui ou, sinon je vous enverrais des infos en mp. 

Apparemment il y a une section bouddhiste générale donc je vais poster là, cela ne devrait pas poser de problème.
Revenir en haut Aller en bas
 
J'étais bouddhiste zen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
zen forum :: Bouddhisme zen :: Spiritualité en général-
Sauter vers: