zen forum
Bienvenue !
Connectez vous avec votre pseudo et votre mot de passe
ou inscrivez vous gratuitement pour participer au forum.
Merci de nous rejoindre !

zen forum

forum de discussion sur le bouddhisme zen


 

Site officielSite officiel  facebookfacebook  YouTubeYouTube  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum de discussion sur le bouddhisme zen soto et la spiritualité en général

Partagez | 
 

 Aboutissement

Aller en bas 
AuteurMessage
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 44
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2055
Points de participation : 2342
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Aboutissement   Lun 5 Mar - 17:49

Il y-a le mot "sens" en rapport avec -ce qui est compréhensible-.
Et il y-a aussi le sens de l'explication sensé mener progressivement à une démonstration. Faire cette démonstration se fait par la progression qui du premier mot va aboutir au dernier où démonstration sera faite. Donc, le but de chaque mot est de progresser jusqu'à cet aboutissement.
Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 44
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2055
Points de participation : 2342
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: Aboutissement   Mar 6 Mar - 14:11

L’exigence de sens détermine la raison d’être de la parole qui est employée à des fins de communication, de transmission d’une information. La transmission d’une information est en d’autres termes l’aboutissement de la parole.

Je ne peux dire que dans le temps ; le temps qu’il me faut employer pour finir de transmettre une information ; une information que je délivre à qui aura la volonté de la décrypter et qui sera à son tour amené à manifester son accord relativement au fait d’accepter de se laisser emporter par le temps de la narration.
Revenir en haut Aller en bas
Tengyo
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 37
Localisation : Nogent le Rotrou
Votre pratique, votre tradition : Zazen, bouddhisme
Scorpion Singe
Messages : 180
Points de participation : 233
Réputation & Pertinence : 7
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Aboutissement   Ven 20 Avr - 17:28

Je ne comprends pas où tu veux en venir ???

_________________
"Chaque maître, sans se préoccuper de l'heure et du lieu, écoute l'appel qui permet de parvenir à l'harmonie avec le ciel et la terre. Il y a de nombreux chemins menant au sommet du mont Fuji, mais il n'y a qu'un seul sommet: l'amour.
Morihei Ueshiba.
Revenir en haut Aller en bas
pivoine
Membre
Membre


Féminin Age : 51
Localisation : sud
Votre pratique, votre tradition : zazen - Tai Chi
Lion Cheval
Messages : 108
Points de participation : 144
Réputation & Pertinence : 1
Date d'inscription : 19/11/2017
Humeur : A l'écoute -

MessageSujet: Re: Aboutissement   Lun 23 Avr - 11:29

@voi a écrit:

Je ne peux dire que dans le temps ; le temps qu’il me faut employer pour finir de transmettre une information ; une information que je délivre à qui aura la volonté de la décrypter et qui sera à son tour amené à manifester son accord relativement au fait d’accepter de se laisser emporter par le temps de la narration.

Et le temps qu'il faudra sera employé pour décrypter ces informations et ces fils inachevés, et à la narration désormais se laissera emporter auquel le temps sera laissé ...
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
tchamba
Membre
Membre


Masculin Age : 43
Localisation : Tours
Votre pratique, votre tradition : Zen Soto
Lion Tigre
Messages : 695
Points de participation : 928
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 28/04/2016

MessageSujet: Re: Aboutissement   Lun 23 Avr - 16:48

@Tengyo a écrit:
Je ne comprends pas où tu veux en venir ???

C'est pourtant simple:

 Le parler, la plupart du temps, s’ex-prime et s’est toujours déjà ex-primé. Il est parole. Mais dans l’ex-primé sont alors à chaque fois déjà inclus la compréhension et l’explication. La langue comme être-ex-primé abrite en soi un être-explicité du Dasein. Cet être-explicité est tout aussi peu que la parole sans plus sous-la-main, au contraire son être est lui-même à la mesure du Dasein. Le Dasein, de prime abord et dans certaines limites, lui est constamment remis - il règle et distribue les possibilités du comprendre moyen et de l’affection qui lui appartient. L’être-ex-primé, dans la totalité de ses complexes articulés de signification, préserve un comprendre du monde ouvert et, cooriginairement, de l’être-Là-avec d’autrui et de l’être-à à chaque fois propre. La compréhension déjà déposée ainsi dans l’être-ex-primé concerne aussi bien l’être-découvert de l’étant à chaque fois atteint et transmis que, aussi, la compréhension à chaque fois prise de l’être et les possibilités et horizons disponibles d’une explicitation et d’une articulation conceptuelle renouvelées. Cependant, au-delà de cette simple référence au fait de l’être-explicité du Dasein, il convient de s’enquérir du mode d’être existential du parler ex-primé et s’ex-primant. S’il ne peut être conçu comme sous-la-main, quel est son être, et que nous dit fondamentalement cet être sur le mode d’être quotidien du Dasein ?

Le parler s’ex-primant est communication. La tendance d’être de celle-ci est de faire participer ceux qui écoutent à l’être ouvert pour ce dont le parler parle.

Conformément à la compréhensibilité moyenne qui est déjà incluse dans la langue que l’on parle en s’ex-primant, le parler communiqué peut être dans une large mesure compris sans que l’auditeur se transporte dans un être originairement compréhensif pour le ce-sur-quoi du parler. On comprend moins l’étant dont il est parlé que l’on n’entend seulement déjà le parlé comme tel. C’est celui-ci qui est compris, tandis que le ce-sur-quoi ne l’est qu’approximativement, et au passage ; si on vise la même chose, c’est parce qu’on comprend le dit en commun dans la même médiocrité.

L’entendre et le comprendre s’est d’entrée de jeu attaché au parlé. Loin que la communication « partage » le rapport primaire d’être à l’étant dont il est parlé, l’être-l’un-avec-l’autre se meut dans un parler-l’un-avec-l’autre et une préoccupation pour ce qui est parlé. Et tout ce qui importe à celle-ci, c’est qu’on parle. L’être dit, le dictum, la profération se portent désormais garants de l’authenticité et de l’adéquation du parler et de la compréhension. Et comme le parler a perdu, ou qu’il n’a jamais trouvé son rapport primaire à l’étant dont il parle, il ne se communique pas selon la guise d’une appropriation originaire de cet étant, mais sur le mode de la relation et de la re-dite. Le parler comme tel s’étend à des cercles plus larges, et il revêt un caractère d’autorité. La chose est ainsi, parce qu’on le dit.

Dans cette re-dite et cette relation où le défaut de solidité [du parler] se radicalise en une complète absence de sol, se constitue le bavardage. D’ailleurs, il ne demeure pas restreint à la  re-dite orale, mais il se diffuse dans l’écrit en tant que « littérature ». La re-dite, ici, ne se fonde pas tant dans un ouï-dire qu’elle ne se repaît de ce qu’elle lit, c’est-à-dire récolte. La compréhension moyenne du lecteur ne pourra jamais décider ce qui est puisé et conquis à la source et ce qui est re-dit. Plus encore, la compréhension moyenne ne voudra même pas, n’aura même pas besoin d’une telle décision, puisqu’elle comprend tout.

L’absence de sol du bavardage ne lui barre pas l’accès à la publicité, mais au contraire la favorise. Le bavardage est la possibilité de tout comprendre sans appropriation préalable de la chose. D’emblée, il préserve du danger d’échouer dans une telle appropriation. Le bavardage, que tout un chacun peut saisir au vol, ne délie pas seulement de la tâche d’un comprendre véritable, mais encore il configure une compréhensivité indifférente à laquelle plus rien n’est fermé.

Le parler, qui appartient à la constitution d’être essentielle du Dasein et co-constitue son ouverture, a la possibilité de devenir bavardage, et, comme tel, de ne point tant tenir l’être-au-monde ouvert en une compréhension articulée que de le refermer, et de recouvrir l’étant intramondain. Pour cela, il n’est pas besoin d’une intention de tromper. Le bavardage, en son mode d’être, n’est nullement volonté consciente de faire passer quelque chose pour quelque chose. L’être-dit et l’être-rapporté dépourvus de fondement suffisent pour que l’ouvrir se pervertisse en un refermer. Car le dit est toujours de prime abord compris comme « disant », c’est-à-dire comme découvrant. Ainsi, en vertu de son omission propre de tout retour vers le sol de ce dont il est parlé, le bavardage est nativement une fermeture.
Revenir en haut Aller en bas
Tengyo
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 37
Localisation : Nogent le Rotrou
Votre pratique, votre tradition : Zazen, bouddhisme
Scorpion Singe
Messages : 180
Points de participation : 233
Réputation & Pertinence : 7
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Aboutissement   Ven 27 Avr - 23:42

Ben j'ai mieux compris ce que Voi voulais dire.
Quand elle parle du temps et de la narration.
Dans le temps il n'y a pas que la narration, il y a aussi les pensées.
Entre la pensée, le temps et la narration, y'a t-il, une quelque chose de divin ?
Je crois que oui, mais il y a aussi le contraire du divin et le contraire du contraire du divin.
Finalement, le contraire du contraire du divin devrait être le divin lui même.
Mais il n'est pas nous et je ne suis pas lui.
La lune ne luira peut-être pas éternellement. Mais elle luira peut-être éternellement.
Renaître de nos cendres, s'il y en a, ne se fera peut-être pas, et si cela se produit, j'espère que les démons seront morts.
Un jour j'irai voir l'océan et je pleurerai, ou pas.
Un jour j'irai en montagne et je pleurerai ou pas.
La vie est telle que ça.
Voir des gens sans les comprendre, voir un maître sans le comprendre.
Voir sans voir.

_________________
"Chaque maître, sans se préoccuper de l'heure et du lieu, écoute l'appel qui permet de parvenir à l'harmonie avec le ciel et la terre. Il y a de nombreux chemins menant au sommet du mont Fuji, mais il n'y a qu'un seul sommet: l'amour.
Morihei Ueshiba.
Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 44
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2055
Points de participation : 2342
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: Aboutissement   Sam 5 Mai - 19:33

"Dans le temps il n'y a pas que la narration, il y a aussi les pensées."

Les pensées sont narratives aussi et le soi est une narration.
L'insatisfaction est une narration ; cette dernière implique des réactions corporelles qui lui sont coémergeantes. La narration du soi trouve un écho dans la chair aussi, et de même pour la narration de l'insatisfaction. Il n'y-a pas d'insatisfaction sans douleur physique.
La narration céleste du soi émerge ensemble à la douleur physique qui est son double tellurique.


La non narration est une narration à l'adresse de quelqu'un qui n'écoute pas. Lorsque ce quelqu'un commence à écouter et que la narration est celle d'un train partant en direction de Bucarest ; ce quelqu'un partira pour Bucarest.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aboutissement   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aboutissement
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
zen forum :: Détente :: Le bon coin-
Sauter vers: