zen forum
Bienvenue !
Connectez vous avec votre pseudo et votre mot de passe
ou inscrivez vous gratuitement pour participer au forum.
Merci de nous rejoindre !

zen forum

forum de discussion sur le bouddhisme zen


 

Site officielSite officiel  facebookfacebook  YouTubeYouTube  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum de discussion sur le bouddhisme zen soto et la spiritualité en général

Partagez | 
 

 Être un maître, sans être un maître...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Tengyo
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 37
Localisation : Nogent le Rotrou
Votre pratique, votre tradition : Zazen, bouddhisme
Scorpion Singe
Messages : 180
Points de participation : 233
Réputation & Pertinence : 7
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Être un maître, sans être un maître...    Dim 13 Mai - 10:54

Rappel du premier message :

Le corps karmique,
Est bien plus grand.
Immobile,
Dans le mouvement.

Vague céleste,
J'aurais voulu voir,
L'autre côté.
De la vacuité.

Ce monde n'est plus fleurs de cerisier,
Il est grand,
Comme un nuage.
Le ciel cache la lune.

Parfois,
La lune est resplendissante.
Je veux voir son regard,
Dans reflet.

Mais je ne le vois pas.
Les lucioles,
Ont fermé le chemin.
La tortue garde l'océan.

Vague de fleurs,
La magie dans les yeux,
Des papillons,
Immortels.

L'amour,
Est bien triste.
L'amour fait mal.
J'ai toujours l'espoir de le voir.

Voir sans voir,
Mon ami,
Mon coussin est bien pauvre
Je ne suis pas digne.

La magie des nénuphars,
Sans les têtards.
Tu as quitter aussi le zafu
Ce zafu aux fleurs de cerisiers.





Dernière édition par Tengyo le Dim 13 Mai - 17:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Tengyo
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 37
Localisation : Nogent le Rotrou
Votre pratique, votre tradition : Zazen, bouddhisme
Scorpion Singe
Messages : 180
Points de participation : 233
Réputation & Pertinence : 7
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Lun 21 Mai - 12:38

Faut rester positif effectivement. C'est passionnant pour ma part aussi.
Même si j'y ai laissé des plumes.
De toute façon, j'y laisserais peut-être encore d'autres.

_________________
"Chaque maître, sans se préoccuper de l'heure et du lieu, écoute l'appel qui permet de parvenir à l'harmonie avec le ciel et la terre. Il y a de nombreux chemins menant au sommet du mont Fuji, mais il n'y a qu'un seul sommet: l'amour.
Morihei Ueshiba.
Revenir en haut Aller en bas
Tengyo
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 37
Localisation : Nogent le Rotrou
Votre pratique, votre tradition : Zazen, bouddhisme
Scorpion Singe
Messages : 180
Points de participation : 233
Réputation & Pertinence : 7
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Lun 21 Mai - 22:38

C'est la où je me dis que je suis un maître sans en être un, car je ne peux pas gagner à tous les coups.
Parfois dans une dispute, il faut savoir baisser sa garde.
Parfois, il faut se battre jusqu'au bout, et là, il faut avoir la chance de pouvoir baisser sa garde.
Être un maître, c'est maîtriser son art, sans en être un, c'est aussi ne pas le montrer.
Personne n'a besoin de savoir que je suis un maître.
Je n'ai besoin de le prouver à personne, du moins je l'espère.
Le but est de n'avoir à le prouver à personne.
Parfois, la vie nous amène pourtant sur un chemin où un autre et là, il faut maîtriser la situation.
Bien que des fois cela paraît simple, finalement c'est hyper compliqué.



_________________
"Chaque maître, sans se préoccuper de l'heure et du lieu, écoute l'appel qui permet de parvenir à l'harmonie avec le ciel et la terre. Il y a de nombreux chemins menant au sommet du mont Fuji, mais il n'y a qu'un seul sommet: l'amour.
Morihei Ueshiba.
Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 44
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2055
Points de participation : 2342
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mar 22 Mai - 11:52

Oui, cela demande de la vigilance. Le Bouddha disait d'ailleurs à ce sujet que "la vigilance est le chemin du royaume immortel, alors que la négligence est celui qui conduit à la mort."   Smile
Revenir en haut Aller en bas
Tengyo
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 37
Localisation : Nogent le Rotrou
Votre pratique, votre tradition : Zazen, bouddhisme
Scorpion Singe
Messages : 180
Points de participation : 233
Réputation & Pertinence : 7
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mar 22 Mai - 12:27

Oui mais l'immortalité est-ce le bon chemin?
Je disais dans un autre sujet, je crois, que renaître est peut-être la chose dont le Bouddha voulait se séparer.
Renaître est peut-être incalculable, mais inévitable.
Je pense au sujet de la renaissance, que déjà, ce n' est peut-être que le fruit de l'imagination.
Mais beaucoup y pensent.
Depuis l'antiquité même, c'est qu'il y a peut-être bien quelque chose.
Pourquoi lorsqu'on évoque le paradis et l'enfer, nous parlons aussi du purgatoire?
Le purgatoire, pour moi, est là où les âmes restent lorsqu'elles ne peuvent pas être jugées.
Le purgatoire serait peut-être, le cycle de la renaissance, vu qu'elles ont un travail à recommencer?

Revenir en haut Aller en bas
pivoine
Membre
Membre


Féminin Age : 51
Localisation : sud
Votre pratique, votre tradition : zazen - Tai Chi
Lion Cheval
Messages : 108
Points de participation : 144
Réputation & Pertinence : 1
Date d'inscription : 19/11/2017
Humeur : A l'écoute -

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mar 22 Mai - 12:34

salut Tengyo,
Il ne me semble pas que le cycle de la renaissance soit  comme le purgatoire; si je me rappelle mes années de catéchisme où je regardais par la fenêtre en me disant que le seul qui me plaisait bien dans cette histoire était Jésus...il me semble qu'au purgatoire, tu expies tes fautes après jugement, alors que le cycle de la renaissance te donne la possibilité de faire mieux...
Dans la parole du Bouddha, il n'y a pas de jugement.
Enfin, je l'imagine comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Tengyo
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 37
Localisation : Nogent le Rotrou
Votre pratique, votre tradition : Zazen, bouddhisme
Scorpion Singe
Messages : 180
Points de participation : 233
Réputation & Pertinence : 7
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mar 22 Mai - 14:06

C'est intéressant de lire des opinions différentes, mais je reste attachée à mon idée, tout en restant persuadé je ne saurais jamais vraiment pourquoi.
Des idées nous passent par la tête, on lit des choses, puis d'autres et on émet des théories.
Seulement, les théories basées sur des choses anciennes sont vouées, à ne pas être élucidées.
Pourtant en fesant le trie avec les livres et les légendes, on arrive parfois à se faire au moins une idée.
Lier de toute façon bouddhisme et chrétienté n'est peut-être pas une chose qui s'accorde.
Pourtant, si je me dis, l'enfer c'est lorsque tu as pêché, et le paradis, lorsque tu n'as jamais été mauvais.
Le purgatoire serait là où on ne sait pas.
Donc, si on ne sait pas c'est peut-être ta vision des choses qui est plus probable.
Mais expier ses fautes serait peut-être par le biais de nouvelles vies, que l' on pourrait le faire.
Smile
Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 44
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2055
Points de participation : 2342
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mar 22 Mai - 15:07

@Tengyo a écrit:
Oui mais l'immortalité est-ce le bon chemin?
Je disais dans un autre sujet, je crois, que renaître est peut-être la chose dont le Bouddha voulait se séparer.
Renaître est peut-être incalculable, mais inévitable.
Je pense au sujet de la renaissance, que déjà, ce n' est peut-être que le fruit de l'imagination.
Mais beaucoup y pensent.
Depuis l'antiquité même, c'est qu'il y a peut-être bien quelque chose.
Pourquoi lorsqu'on évoque le paradis et l'enfer, nous parlons aussi du purgatoire?
Le purgatoire, pour moi, est là où les âmes restent lorsqu'elles ne peuvent pas être jugées.
Le purgatoire serait peut-être, le cycle de la renaissance, vu qu'elles ont un travail à recommencer?


Un travail à recommencer dis tu... cela pourrait nous donner à penser « bouddhistiquement » parlant  Smile  que le purgatoire aurait valeur d'instant présent et du travail à renouveler sans discontinuer, travail bien fait ou mal fait qui déterminerait que nous soyons amenés à renaître soit au paradis, soit en enfer en fonction de l’intelligence de nos choix.
Je pense que le Bouddha emploi pour les circonstances dans cette citation le terme "mort" dans le sens d'enfer justement, c’est à dire de douleur psychique occasionnée par de mauvais choix.
Mais le terme "mort" dans sa symbolique implique en plus celui de renaissance, renaissance aussi nombreuses qu’il faudra pour atteindre l’état de Bouddha. Le terme employé par le Bouddha pour parler de la fin de cette ronde incessante de naissances et de morts est celui d'extinction, lui-même synonyme de Nirvana

WikiNirvana1 (sanskrit IAST : Nirvāṇa ; pali : Nibbāna) est un concept philosophique de l'hindouisme, attaché à ses idées du jaïnisme et du bouddhisme qui signifie2 « extinction » (du feu des passions, de l'ignorance) ou « libération » (du saṃsāra, du cycle des réincarnations).


Dernière édition par voi le Mar 22 Mai - 15:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 44
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2055
Points de participation : 2342
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mar 22 Mai - 15:25

Je voudrais ajouter entre parenthèse, que dans le bouddhisme, concernant ces choix que nous sommes amenés à faire, il est fait mention d'une aptitude (prajna) dont l'un des attributs est celui de faire naitre spontanément le juste choix, ou dit autrement pourquoi pas, celui d'un -ne plus pouvoir faire le mauvais choix-.
Revenir en haut Aller en bas
Tengyo
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 37
Localisation : Nogent le Rotrou
Votre pratique, votre tradition : Zazen, bouddhisme
Scorpion Singe
Messages : 180
Points de participation : 233
Réputation & Pertinence : 7
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mar 22 Mai - 19:51

Mais se tromper est certes une chose qui peut avoir des conséquences graves, mais lorsque l'on est enfant, on se trompe souvent, même moi ça m'arrive toujours de me tromper.

_________________
"Chaque maître, sans se préoccuper de l'heure et du lieu, écoute l'appel qui permet de parvenir à l'harmonie avec le ciel et la terre. Il y a de nombreux chemins menant au sommet du mont Fuji, mais il n'y a qu'un seul sommet: l'amour.
Morihei Ueshiba.
Revenir en haut Aller en bas
pivoine
Membre
Membre


Féminin Age : 51
Localisation : sud
Votre pratique, votre tradition : zazen - Tai Chi
Lion Cheval
Messages : 108
Points de participation : 144
Réputation & Pertinence : 1
Date d'inscription : 19/11/2017
Humeur : A l'écoute -

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mer 23 Mai - 0:16

@Tengyo a écrit:
C'est intéressant de lire des opinions différentes, mais
Lier de toute façon bouddhisme et chrétienté n'est peut-être pas une chose qui s'accorde.
Pourtant, si je me dis, l'enfer c'est lorsque tu as pêché, et le paradis, lorsque tu n'as jamais été mauvais.
Le purgatoire serait là où on ne sait pas.
Donc, si on ne sait pas c'est peut-être ta vision des choses qui est plus probable.
Mais expier ses fautes serait peut-être par le biais de nouvelles vies, que l' on pourrait le faire.
Smile
Oui, c'est intéressant de partager ses idées, ses représentations et ce qui est bien aussi, c'est qu'ainsi on peut les moduler, les modifier, les réévaluer...
Opinions, vieux souvenirs erronés, croyances limitantes ? Je ne sais pas en fait... Je ne suis pas vraiment attachée à une opinion; c'était un lointain souvenir... Je n'ai pas suffisamment de connaissances en théologie et je le regrette vraiment parce que je trouve le sujet très intéressant.

J'ai seulement l'idée que le christianisme prêche l'espoir d'une vie meilleure après la mort, alors que le bouddhisme proposerait davantage un chemin pour se libérer des souffrances "ici et maintenant"...
Et qu'il y a dualité bien / mal dans le christianisme qu'on ne retrouve pas dans le bouddhisme;
Mais, comme tu le dis, il y a tant d'interprétation erronées...

Alors, peut-être peut-on voir une similitude que tu vois entre le purgatoire et le cycle des renaissances.
Il y a bien cette idée d'actes commis;le purgatoire ne serait pas punition mais le moyen de rejoindre le royaume des cieux, comme le karma relèverait de la responsabilité de modifier son comportement pour sortir du samsara ?
Mais, tu sais, ça fait peu de temps que je m'intéresse au bouddhisme...cela me questionne aussi et il y a tant de fausses interprétations des textes originels.... alors, pas facile de faire le tri Smile


Dernière édition par pivoine le Mer 23 Mai - 4:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pivoine
Membre
Membre


Féminin Age : 51
Localisation : sud
Votre pratique, votre tradition : zazen - Tai Chi
Lion Cheval
Messages : 108
Points de participation : 144
Réputation & Pertinence : 1
Date d'inscription : 19/11/2017
Humeur : A l'écoute -

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mer 23 Mai - 1:28

@Tengyo a écrit:
Mais se tromper est certes une chose qui peut avoir des conséquences graves, mais lorsque l'on est enfant, on se trompe souvent, même moi ça m'arrive toujours de me tromper.

Pareil Very Happy
Beaucoup d'erreurs... enfant et aujourd'hui aussi.
Le plus compliqué dans les mauvais choix, c'est d'accepter le fait qu'on est responsable et arrêter de se sentir coupable.
Mais ça, c'est la théorie... hein...
Parce que...c'est loin d'être toujours le cas Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 44
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2055
Points de participation : 2342
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mar 29 Mai - 10:57

Je crains pourtant que la culpabilité qui est l’un des aspects propre à la souffrance qu’engendre un acte pollué par l’ignorance, ne soit une douleur psychique qu’il faille endurer (patiemment ?) et que son rôle serait de nous motiver à ne pas réitérer nos erreurs tant cette douleur nous donnerait à craindre qu'elle puisse se répéter par suite de nouvelles négligences de notre part. C’est encore en quelque sorte une affaire de carotte et de bâton quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
pivoine
Membre
Membre


Féminin Age : 51
Localisation : sud
Votre pratique, votre tradition : zazen - Tai Chi
Lion Cheval
Messages : 108
Points de participation : 144
Réputation & Pertinence : 1
Date d'inscription : 19/11/2017
Humeur : A l'écoute -

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mar 29 Mai - 20:32

@voi a écrit:
Je crains pourtant que la culpabilité qui est l’un des aspects propre à la souffrance qu’engendre un acte pollué par l’ignorance, ne soit une douleur psychique qu’il faille endurer (patiemment ?) et que son rôle serait de nous motiver à ne pas réitérer nos erreurs tant cette douleur nous donnerait à craindre qu'elle puisse se répéter par suite de nouvelles négligences de notre part. C’est encore en quelque sorte une affaire de carotte et de bâton quelque part.

Oui, je vois comme toi la culpabilité comme la douleur initiale permettant la prise de conscience des conséquences de nos actes, et la peur qu'elles ne se renouvellent, laquelle serait alors suivie de la responsabilité qui serait alors sa transformation en devoir et en volonté de les assumer et de veiller à ne plus les reproduire pour agir en accord avec nos valeurs.


Le trajet que j'évoquais comme difficile à faire est ce passage de la culpabilité à la responsabilité, ce passage d'émotions fortes et douloureuses et de la crainte (qui a peut-être encore besoin de la carotte et du bâton comme tu le dis), à l'envie et à la volonté assumée d'agir autrement, guidée ni par la tristesse, ni par le remord, ce passage nécessaire mais qui peut prendre parfois du temps, ce chemin qui se fera néanmoins et sur lequel il faut aussi savoir en effet être patient .
Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 44
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2055
Points de participation : 2342
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mer 30 Mai - 16:17

Je ne suis pas certaine de mesurer pleinement le sens du terme "responsabilité" tel que tu l'entends. A te comprendre on pressens que la responsabilité serait une sorte d'antidote à la culpabilité. Si c'est le cas, et si je t'ai bien comprise, ce serait intéressant de savoir dans quelle mesure cela t'apparaît comme tel.
Revenir en haut Aller en bas
Tengyo
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 37
Localisation : Nogent le Rotrou
Votre pratique, votre tradition : Zazen, bouddhisme
Scorpion Singe
Messages : 180
Points de participation : 233
Réputation & Pertinence : 7
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mer 30 Mai - 17:07

La responsabilité une antidote à la culpabilité.

Elle parle de culpabilité, comme douleur initiale.
Comme un petit enfant qui fait une bêtise et que l'on gronde. Il culpabilise et culpabilisera peut-être toute sa vie. Prendre ses responsabilités, est un chemin, long et fastidieux.
Pour moi, bien sûr que le fait de prendre ses responsabilités est l'antidote et même le remède. Mais c'est pas comme ça qu'il faut l'entendre. Si l'enfant fait une bêtise, on le gronde, il culpabilise et c'est normal, pour lui le seul moyen de ne pas refaire cette bêtise est qu'il prenne ses responsabilités. C'est son remède.
Par contre, comme c'est un long chemin, il ne le fera peut-être pas tout de suite.
Mais étapes par étapes il le fera.
Ou pas.
De là, je vois vos discours, l'avant dernier me paraît sensible et sencé, le deuxième, contradictoire.
Peut-être le fait de parler de douleur initiale ?
Notre esprit est contradictoire, il est dans la dualité à chaque instant quasiment.
Ou alors j'ai mal compris le dernier message, qui parle d'antidote à la culpabilité.
Comme si lorsque l'on culpabilise pour quelque chose, ( tout dépend la chose )...

Moi je prends l'exemple de bêtises non graves.

Mais bon, s'étaler sur le sujet n'est peut-être pas une solution.

Se tromper est grave certes, mais il y a des erreurs que l'on ne peut éviter. Et qui nous font porter le poids des erreurs des autres.






_________________
"Chaque maître, sans se préoccuper de l'heure et du lieu, écoute l'appel qui permet de parvenir à l'harmonie avec le ciel et la terre. Il y a de nombreux chemins menant au sommet du mont Fuji, mais il n'y a qu'un seul sommet: l'amour.
Morihei Ueshiba.


Dernière édition par Tengyo le Mer 30 Mai - 17:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pivoine
Membre
Membre


Féminin Age : 51
Localisation : sud
Votre pratique, votre tradition : zazen - Tai Chi
Lion Cheval
Messages : 108
Points de participation : 144
Réputation & Pertinence : 1
Date d'inscription : 19/11/2017
Humeur : A l'écoute -

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mer 30 Mai - 17:20

Non, pas un antidote, un prolongement lorsque tu gardes le cap, mais que la motivation n'est justement pas une réponse à la douleur ressentie mais le résultat d'un cheminement intérieur.
Cela concerne aussi les adultes qui commettent également des erreurs par ce qu'ils font ou ce qu'ils ne font pas...
Revenir en haut Aller en bas
Tengyo
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 37
Localisation : Nogent le Rotrou
Votre pratique, votre tradition : Zazen, bouddhisme
Scorpion Singe
Messages : 180
Points de participation : 233
Réputation & Pertinence : 7
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mer 30 Mai - 17:28

Le résultats du cheminement intérieur.

Là je suis d'accord. Le remède est quand même pour moi, le fait de prendre ses responsabilités.
Car, la culpabilité peut-être de toutes sortes.
On peut culpabiliser pour des choses que l'on fait ou que l'on évite qu'on nous le fasse.
Et là, le terme cheminement intérieur, m'intéresse.

Car il est le fruit de nos efforts.


_________________
"Chaque maître, sans se préoccuper de l'heure et du lieu, écoute l'appel qui permet de parvenir à l'harmonie avec le ciel et la terre. Il y a de nombreux chemins menant au sommet du mont Fuji, mais il n'y a qu'un seul sommet: l'amour.
Morihei Ueshiba.
Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 44
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2055
Points de participation : 2342
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mer 30 Mai - 18:38

@pivoine a écrit:
Non, pas un antidote, un prolongement lorsque tu gardes le cap, mais que la motivation n'est justement pas une réponse à la douleur ressentie mais le résultat d'un cheminement intérieur.

Ha je vois...et le prolongement de la souffrance causée par un acte pollué par l'ignorance, ce serait peut-être donc la reconnaissance et l'illumination de cette ignorance qui nous aura conduit à un tel acte -processus de reconnaissance rendu probablement tout d'abord possible par le fait que nous ayons en premier lieu à subir et à faire l'épreuve des symptômes faisant suite à tout acte dépourvu de sagesse, à savoir la souffrance psychique et notamment, la culpabilité-. Etant dès lors devenus d'avantage conscients quelque part puisque riches d'une leçon supplémentaire octroyée par la vie si on peut dire, nous deviendrions cette fois en connaissance de cause précisément, responsables quant au fait d'employer les moyens adéquats pour ne plus réitérer la même erreur.
Cela se rapproche-t-il de ce que tu penses ?
Revenir en haut Aller en bas
pivoine
Membre
Membre


Féminin Age : 51
Localisation : sud
Votre pratique, votre tradition : zazen - Tai Chi
Lion Cheval
Messages : 108
Points de participation : 144
Réputation & Pertinence : 1
Date d'inscription : 19/11/2017
Humeur : A l'écoute -

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mer 30 Mai - 19:00

Oui, tu peux le formuler comme cela, à une précision près que je me suis permise de modifier I love you

le prolongement de la souffrance causée par un acte pollué par l'ignorance, du fait de veiller à ne pas reproduire l'acte pollué par l'ignorance et dont la prise de conscience t'a conduit vers la souffrance. ce serait peut-être donc la reconnaissance (et l'illumination ?) de cette ignorance qui nous aura conduit à un tel acte et de ses conséquences -processus de reconnaissance rendu probablement tout d'abord possible par le fait que nous ayons en premier lieu à subir et à faire l'épreuve des symptômes faisant suite à tout acte dépourvu de sagesse, à savoir la souffrance psychique et notamment, la culpabilité-.

Etant dès lors devenus d'avantage conscients quelque part puisque riches d'une leçon supplémentaire octroyée par la vie si on peut dire, nous deviendrions cette fois en connaissance de cause précisément, responsables quant au fait d'employer les moyens adéquats pour ne plus réitérer la même erreur.  

Cela se rapproche-t-il de ce que tu penses ?
oui Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 44
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2055
Points de participation : 2342
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    Mer 30 Mai - 19:38

J'aime bien cette idée de prolongement, elle s'associe bien à celle d'effort ; d'effort prolongé qu'on retrouve présentement dans l'expression que tu as utilisé : "veiller à " .



Citation :
Vīrya (devanagari : वीर्य1 ; Pali : viriya; tsöndrü tibétain : བརྩོན་འགྲུས།, Wylie : brtson 'grus) est un mot sanskrit signifiant « effort », « persévérance », « diligence », « vigueur », « énergie » ou « héroïsme ».. Dans le bouddhisme, il se réfère à la pratique de cultiver la persévérance qui correspond à une des Perfections (paramita) : l'effort ou persévérance juste.

https://fr.wikipedia.org/wiki/V%C4%ABrya

^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Être un maître, sans être un maître...    

Revenir en haut Aller en bas
 
Être un maître, sans être un maître...
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
zen forum :: Bouddhisme zen :: Le Dojo zen-
Sauter vers: