zen forum
Bienvenue !
Connectez vous avec votre pseudo et votre mot de passe
ou inscrivez vous gratuitement pour participer au forum.
Merci de nous rejoindre !

zen forum

forum de discussion sur le bouddhisme zen


 

Site officielSite officiel  facebookfacebook  YouTubeYouTube  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum de discussion sur le bouddhisme zen soto et la spiritualité en général

Partagez | 
 

 Réflexions diverses

Aller en bas 
AuteurMessage
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 45
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2297
Points de participation : 2593
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Réflexions diverses   Mar 18 Sep - 11:04

Une vérité nous touche de manière proportionnelle à la façon dont elle est capable d’intervenir sur notre destinée. L’exactitude, c’est à dire ce sur quoi tout le monde peut s’accorder, n’est donc qu’un aspect de la vérité ; un aspect qui ne comporte pas nécessairement un élan créatif, au premier regard.
Or, c’est en possédant un tel élan que le vrai devient capable de produire un homme identique à ce qu’il attend de lui-même ; un homme plus grand, susceptible de répondre au désir essentiel de croissance qui l'anime.
En d’autres termes, une vérité est « grande », non par son souci d'exactitude, c'est à dire par son souci de rester dans l'enceinte d'une approbation qu'elle ne cherche pas à dépasser, mais parce qu’elle nous fait grandir, c’est à dire qu’elle nous révèle un lieu de nous-même dans lequel nous n'étions pas encore allés. C’est parce qu’elle a atteint ce but, qu’une fois fait, elle devient obsolète ; de même que celui qui a compris le principe de l’addition, n’a plus besoin qu’on le lui explique.
Bien sûr, ce qui s'avère devenir un jour pour nous obsolète, reste à devoir être découvert par d'autres, et si une vérité ne nous apparaît à présent que sous l'aspect d'une exactitude qu'il n'est plus nécessaire de remettre en cause, impliquant par là qu'elle ne possède plus d'originalité, il n'en reste pas moins que pour acquérir ce statut, elle a d'abord dû faire l'objet d'une découverte, et qu'elle a donc participé elle aussi de cet élan créatif ; découverte d'une part, par celui qui l'a énoncée ; découverte d'autre part, par l'ensemble de ses auditeurs.
Si un énoncé participe réellement de cet élan créatif, alors son effet ne se réduira pas seulement à l'apport d'une information supplémentaire ; bien plus, il aura la faculté de transmettre cette essence créative qui deviendra de ce fait agissante en nous, comme une force nouvelle dont on pourrait disposer, avec cette sensation de l'avoir empruntée et de pouvoir en faire soi-même usage.

Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 45
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2297
Points de participation : 2593
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: Réflexions diverses   Mer 19 Sep - 0:09

On peut supposer qu'« Adam », l’homme primordial n’avait qu’un seul visage et non une multitude comme nous ; multitude qui est décrite par les grecs au travers du récit des péripéties de leurs Dieux, traduisant ainsi les conflits internes à notre psyché par la personnification des forces plurielles et antagonistes qui la régisse, véritable enfer s’il en est, celui-là même dans lequel Adam entra lorsqu’il découvrit le péché ; lorsqu’il voulu exister, c’est à dire ; « se tenir auprès des choses » et ceci pour les connaître. Ainsi a-t-il connu les choses et concomitamment reconnu sa propre existence auprès d’elles. Ces choses qu’il a pu connaître l’ont formé en tant qu’être nouvellement doté d’un psychisme ; elles ont formé ce dernier, et plus précisément, d’une double conscience ; celle de lui-même et celle du monde ; et plus il faisait la rencontre du monde, plus sa psyché se complexifiait, et plus en fin de compte les antagonismes proliféraient, à l’image de ceux qu’il découvrait dans le monde extérieur. Mais le mouvement s’applique dans les deux sens, car plus sa psyché se complexifiait plus il était capable d’en habiller le monde et ceci, par une quantité de formes imaginaires qui allaient doter ce qu’il voyait (les astres, les plantes, la nature en général), des caractéristiques de son intériorité. Et voilà nos divinités qui surgissent, à son image ; démiurges comme il l’était lui-même, terrifiantes comme l’étaient ses peurs, protectrices tel que le reflet de son désir de sécurité, triomphantes à l’image de sa soif de puissance. Cachées et mystérieuses elles l’étaient ; la lumière peut tout éclairer, mais elle éblouit et nous rend aveugle lorsque nous la regardons en face. Ainsi est notre intériorité la plus profonde, elle façonne notre regard intérieur et extérieur, alors qu’elle-même s’interdit à toute représentation. Aussi, supposément découvrir les rouages du mécanisme présidant à la formation du monde en dénonçant cette double conscience fonctionnant telle deux miroirs mis face à face, ne signifie pas que nous aurions été capables de regarder la lumière en face, (cette lumière qui est la source démiurgique); cela signifie seulement qu’en mettant en lumière ce mécanisme, c’est une nouvelle conscience qui surgit et qui à son tour sera capable de prendre connaissance de cette double conscience. Cette tierce conscience ou tierce attention, n’est donc pas la fin du voyage ; elle est plutôt une nouvelle dualité qui s’affirme, mais cette fois, non pas une dualité double si je puis dire, mais une dualité ou d’un côté se trouverait la source démiurgique, notre obscure lumière, obscure car jamais elle ne pourra être regardée en face, et de l’autre cette double conscience; ceci à l’image du triangle dont le sommet fait face à deux angles reliés l'un à l'autre (la base du triangle).

Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 45
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2297
Points de participation : 2593
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: Réflexions diverses   Mer 19 Sep - 12:09

Le corps de la femme amène celle-ci à être naturellement plus accomplie et d’avantage satisfaite de sa nature terrestre qu’il en est pour l’homme, cela du fait qu’elle est matrice. De là vient que l’homme a cette propension à prendre le pouvoir sur le monde, là où la femme a déjà le pouvoir sur et en elle-même, puisque le pouvoir en question est relatif à notre désir créateur et à sa consécration dans la création ; créer signifiant pour l’individu se dupliquer. L’erreur serait de croire que la transmutation ne puisse pas avoir lieu au sujet de ce que nous appelons communément la matière et par là que la maternité ne puisse faire l’objet d’une progression et d’une perfection.
Cette dernière, nous la retrouvons symboliquement énoncée dans l’immaculée conception par laquelle on pourrait voir l’apogée du rôle de la mère qui donnera au monde rien moins que le fils de Dieu. En d’autres termes, être mère ne se limite pas à une gestation et à un accouchement passifs selon les termes qu’aurait voulu la nature, qui en soi seraient intrinsèquement satisfaisants ; non il y-a une alchimie de la maternité.

Ce qu’il faut ajouter c’est que la femme possède deux vies ; la première en tant que mère, et la seconde en tant que femme ayant accompli ce rôle. Cela fait, lorsqu’elle a donné le meilleur d’elle-même en tant que mère, quand l’éducation est faite et que ses enfants sont devenus autonomes, la femme sera dans la position de devoir entamer sa vie en tant qu’Homme dans le sens universel du terme, c’est à dire non plus en tant qu'être attaché à son sexe et lié à sa matrice terrestre, mais en tant qu’individu devant découvrir ou renforcer sa connaissance de la matrice céleste. Pour ce faire, elle devra devenir aussi autonome vis à vis de ses enfants, que ses enfants le sont vis à vis d’elle, car si tel n’est pas le cas, son énergie sera accaparée par un rôle fantôme, c’est à dire par le rôle de mère que la vie ne lui donne plus l’occasion d’assumer. D'ailleurs, pour signifier cette nouvelle vie, il est dit que Marie devint disciple de Jésus, ceci afin de trouver Dieu en elle par l'intermédiaire de la parole sacrée du Christ.

Revenir en haut Aller en bas
Aldous
Membre
Membre


Masculin Age : 63
Localisation : Hauts-de-France
Votre pratique, votre tradition : Mésolithique
Capricorne Cheval
Messages : 330
Points de participation : 427
Réputation & Pertinence : 4
Date d'inscription : 27/10/2017

MessageSujet: Re: Réflexions diverses   Sam 22 Sep - 10:53

@voi a écrit:
D'ailleurs, pour signifier cette nouvelle vie, il est dit que Marie devint disciple de Jésus, ceci afin de trouver Dieu en elle par l'intermédiaire de la parole sacrée du Christ.
Où est-ce qu'il est dit cela ? ?
Revenir en haut Aller en bas
pivoine
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 52
Localisation : sud
Votre pratique, votre tradition : zazen - Tai Chi
Lion Cheval
Messages : 310
Points de participation : 349
Réputation & Pertinence : 4
Date d'inscription : 19/11/2017
Humeur : A l'écoute -

MessageSujet: Re: Réflexions diverses   Ven 28 Sep - 11:56

@voi a écrit:
Le corps de la femme amène celle-ci à être naturellement plus accomplie et d’avantage satisfaite de sa nature terrestre qu’il en est pour l’homme, cela du fait qu’elle est matrice. De là vient que l’homme a cette propension à prendre le pouvoir sur le monde, là où la femme a déjà le pouvoir sur et en elle-même, puisque le pouvoir en question est relatif à notre désir créateur et à sa consécration dans la création ; créer signifiant pour l’individu se dupliquer. L’erreur serait de croire que la transmutation ne puisse pas avoir lieu au sujet de ce que nous appelons communément la matière et par là que la maternité ne puisse faire l’objet d’une progression et d’une perfection.
Cette dernière, nous la retrouvons symboliquement énoncée dans l’immaculée conception par laquelle on pourrait voir l’apogée du rôle de la mère qui donnera au monde rien moins que le fils de Dieu. En d’autres termes, être mère ne se limite pas à une gestation et à un accouchement passifs selon les termes qu’aurait voulu la nature, qui en soi seraient intrinsèquement satisfaisants ; non il y-a une alchimie de la maternité.

Ce qu’il faut ajouter c’est que la femme possède deux vies ; la première en tant que mère, et la seconde en tant que femme ayant accompli ce rôle. Cela fait, lorsqu’elle a donné le meilleur d’elle-même en tant que mère, quand l’éducation est faite et que ses enfants sont devenus autonomes, la femme sera dans la position de devoir entamer sa vie en tant qu’Homme dans le sens universel du terme, c’est à dire non plus en tant qu'être attaché à son sexe et lié à sa matrice terrestre, mais en tant qu’individu devant découvrir ou renforcer sa connaissance de la matrice céleste. Pour ce faire, elle devra devenir aussi autonome vis à vis de ses enfants, que ses enfants le sont vis à vis d’elle, car si tel n’est pas le cas, son énergie sera accaparée par un rôle fantôme, c’est à dire par le rôle de mère que la vie ne lui donne plus l’occasion d’assumer. D'ailleurs, pour signifier cette nouvelle vie, il est dit que Marie devint disciple de Jésus, ceci afin de trouver Dieu en elle par l'intermédiaire de la parole sacrée du Christ.


Bonjour Voi,

Je pense aussi qu'après avoir accompli son rôle de mère, la femme entame sa deuxième vie à la découverte de sa matrice céleste...

Merci

Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 45
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2297
Points de participation : 2593
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: Réflexions diverses   Mer 10 Oct - 14:53

Le pari de l’épreuve

L’intelligence se cherche elle-même et tout être
Dépend de celui à qui il veut la donner,
Il n’est jamais de méchanceté en cela,
Bien que certains mauvais rêves
Pourraient nous faire croire le contraire.
Il n’y-a pas de méchanceté, car ce n’est pas
L’intention des êtres qui compte à mes yeux,
Mais l’intention divine dont chacun est la main.
Ne pas le reconnaître, c’est perdre son axe,
Et c’est venir se noyer dans le monde supposé de l’autre.
Je suis rudement mis à l’épreuve
Et plus l’épreuve est grande, plus elle
M’apparaît comme un moment ;
Ayant déjà dans mon coeur le moment suivant,
Où le sens apparaîtra comme une récompense,
Celle-ci surgissant du fait de n’avoir pas douté,
Alors même que je me trouvais en enfer.
Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 45
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2297
Points de participation : 2593
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: Réflexions diverses   Lun 5 Nov - 2:10

Qu’est-ce que le bonheur ?

Le bonheur c’est une invention, mais ce n’est pas nécessairement plus une invention qu’autre chose, donc quand on dit que c’est une invention, ce n’est pas pour dire que certaines choses auraient plus de valeur que le bonheur parce qu’elles seraient quant à elles objectives. Quand on pose une question il y-a deux étapes ; il y-a d’abord le fait de poser cette question, puis il y-a le fait de croire que cette question est importante. Ce n’est pas que la question du bonheur ne soit pas importante, c’est que sans l’importance qu’on lui donne elle n’a plus besoin d’être posée. Et pourquoi donne-t-on de l’importance aux questions que l’on pose ? On ne sait pas, c’est la circonstance qui veut cela. Tout à coup cette question va nous paraître cruciale. Mais il n’y-a rien de grave à ça, c’est ainsi. Le plus amusant, ce n’est pas de poser la question, c’est plutôt d’essayer d’y répondre soi-même, et c’est important dans la vie de s’amuser quand on a le luxe de pouvoir le faire ; cela apporte de la joie, ce qui est toujours bon à prendre. Il y-a bien des manières de se procurer de la joie ; réfléchir est l’une d’entre elles. Ce n’est pas très important de savoir si on réfléchit bien ou mal, certains diront que vous réfléchissez bien, d’autres que vous réfléchissez mal. Comme le dit Eric Barret, ceux qui réfléchissent mieux que vous diront que vous réfléchissez mal et ceux qui réfléchissent moins bien que vous diront que vous réfléchissez bien ; c’est donc très relatif. Mais ce qui n’est pas relatif, c’est le plaisir qu’on prend à réfléchir, quelque soit le sujet ; Il n’y-a pas de sot sujet en quelque sorte, il n’y-a que des gens qui pensent que certains sujets sont sot. Mais cela ne concerne pas celui qui a décidé de faire de quelque chose son sujet de réflexion espérant trouver du plaisir en cela.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réflexions diverses   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réflexions diverses
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
zen forum :: Détente :: Le bon coin-
Sauter vers: