zen forum
Bienvenue !
Connectez vous avec votre pseudo et votre mot de passe
ou inscrivez vous gratuitement pour participer au forum.
Merci de nous rejoindre !

zen forum

forum de discussion sur le bouddhisme zen


 

Site officielSite officiel  facebookfacebook  YouTubeYouTube  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum de discussion sur le bouddhisme zen soto et la spiritualité en général

Partagez | 
 

 Lankâvatara sûtra

Aller en bas 
AuteurMessage
Yudo, maître zen
Membre
Membre
avatar

Masculin Age : 70
Localisation : Montpellier
Votre pratique, votre tradition : zen, lignée Dogen, Niwa, Nishijima
Scorpion Rat
Messages : 45
Points de participation : 60
Réputation & Pertinence : 1
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Lankâvatara sûtra   Sam 15 Déc - 13:33

Le Sûtra du Lanka est censé avoir été apporté en Chine par Bodhidharma. Ce qui a valu à son école d'être un temps appelée "Ecole du Lanka".
Ce sûtra est aujourd'hui bien délaissé, mais il contient un aspect que je trouve particulièrement intéressant, vu l'intérêt pour la linguistique que j'ai toujours eu.

Comme tous les sûtras mahâyana, il est verbeux. Parfois beaucoup trop à mon goût (mais pas plus que le Sûtra du Lotus ou le Sûtra du Diamant). Il commence par la requête de Râvana, le roi des Yakshas (un équivalent des faunes),  au Bouddha, d'entrer dans sa citadelle.
Là le bouddha lui déclare que "les non-bouddhistes croient en la réalité du soi." Et en gros, on apprend que le seigneur du Lanka a toujours reçu avec bienveillance les enseignements bouddhiques. C'est pourquoi il s'approche de la réalisation. Partant de la déclaration selon laquelle il faut renoncer aux réalités, et à plus forte raison, aux irréalités, et se fait répondre que "les êtres ordinaires conçoivent, en se trompant, une infinité d'idées fictives." Il se fait aussi dire que "ce passé dont vous parlez n'est qu'une fiction, de même que le futur, de même que moi".
Le chapitre se termine sur l'évocation de "l'homme qui voit son reflet dans l'eau ou son ombre au clair de lune (...) invente[nt] des fictions auxquelles il[s] croi[en]t et s'attache[nt]
Revenir en haut Aller en bas
Yudo, maître zen
Membre
Membre
avatar

Masculin Age : 70
Localisation : Montpellier
Votre pratique, votre tradition : zen, lignée Dogen, Niwa, Nishijima
Scorpion Rat
Messages : 45
Points de participation : 60
Réputation & Pertinence : 1
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: Lankâvatara sûtra   Sam 15 Déc - 15:11

Au second chapitre, "Compendium de tous les enseignements", le bodhisattva Mahâmati chante d'abord un éloge avant de se présenter. Puis il pose les questions: "D'où vient la dialectique? Comment s'en purifier? D'où vient l'erreur? Comment s'en purifier?" et "Que sont les terres pures?" Où va-t-on quand on atteint la libération? Pourquoi y a-t-il trois véhicules? Quels sont les recueillements du sans-forme? Et ainsi de suite. 108 questions.
Puis le Bouddha répond. Par exemple que les consciences naissent, durent et cessent sur deux modes que les penseurs ne peuvent comprendre: car "elles naissent continûment et apparemment (etc.)"
Il enseigne les sept catégories de nature propre, de vérité absolue, que certains imaginent à tort que le néant ou ce qui n'existe pas vraiment puisse être une cause, que les objets apparents existent dans le temps (dénonciation du nihilisme). Il indique que ceux qui voient que toutes choses n'ont pas d'existence propre se libèrent.
Il dénonce le fait de voir une différence entre la matière et l'espace. Il amène l'exemple des cornes de lièvre, inexistantes, mais qu'on peut imaginer à partir des cornes du boeuf.
Il spécifie bien que la "vérité absolue, éternelle et inconcevable de la sphère de la sublime sagesse de la réalisation intérieure qu'enseigne l'Ainsi-Venu n'est pas la même que le Créateur éternel et inconcevable des non-bouddhistes".
Que "la nature de bouddha que j'enseigne n'est pas la même "chose" que le soi enseigné par les non-bouddhistes".

J'en saute, car le chapitre est long et dense, et est vraiment exhaustif.
Revenir en haut Aller en bas
tchamba
Membre
Membre


Masculin Age : 44
Localisation : Tours
Votre pratique, votre tradition : Zen Soto
Lion Tigre
Messages : 880
Points de participation : 1115
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 28/04/2016

MessageSujet: Re: Lankâvatara sûtra   Sam 15 Déc - 15:28

Ce sûtra n'est absolument pas délaissé.

En revanche il est souvent utilisé pour dire que "tout est illusion" alors qu'il me semble qu'il dit qu'un accès au réel est possible.

""Le Vénéré des mondes reprit alors en vers:

    J'ai deux formes d'enseignements :
    Verbaux et conformes au réel.
    Aux ignorants je m'explique avec des mots;
    Aux  pratiquants je réserve le réel.""
Revenir en haut Aller en bas
Yudo, maître zen
Membre
Membre
avatar

Masculin Age : 70
Localisation : Montpellier
Votre pratique, votre tradition : zen, lignée Dogen, Niwa, Nishijima
Scorpion Rat
Messages : 45
Points de participation : 60
Réputation & Pertinence : 1
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: Lankâvatara sûtra   Dim 16 Déc - 14:21

Le quatrième chapitre parle de l'Impermanence.

Le Bouddha commence par y décrire les trois types de corps: 1- le corps spirituel de l'établissement dans la félicité de l'extase; 2- le corps spirituel de la réalisation de l'essence des choses; et 3- le corps spirituel coémergent à toute catégorie d'être sans facteurs mentaux ni activités. Cette prmière section se conclut par deux quatrains:
Mon Grand Véhicule n'est pas un véhicule.
Il ne peut se dire ni s'écrire
Il n'est pas vérité, il n'est pas libération,
Mais il n'est pas non plus inapparence pure.

Or dans ce véhicule du Mahâyâna,
Avec ses extases et ses libertés,
Toute une variété de corps spirituels
Parent le monde de leurs fleurs souveraines.

Le second passage parle des cinq crimes à rétribution immédiate. Il se conclut par le poème suivant:
La mère est soif et appropriation;
Le père est ignorance;
La conscience d'un monde d'objets,
Voilà le Bouddha.

Les arhats sont les émotions négatives latentes
Et les agrégats une communauté harmonieuse:
Commettre les cinq crimes à rétribution immédiate,
C'est les éliminer sans reste.

Car le sutra dit bien que "il est possible qu'un ainsi-venu, un grand bodhisattva ou un grand auditeur apparaisse en train de commettre ces crimes, mais il ne le fait que pour mieux en indiquer le remède. Tout ce qu'on perçoit alors, ce sont des effets de ses pouvoirs extraordinaires et à peine les regrets apparaissent-ils qu'une grande libération s'ensuit".
Bref un appel à ne pas être superficiels...

La troisième section parle de la substance réelle des bouddhas, qui est réalisation de l'inexistence des deux soi, l'élimination des deux voiles, la libération des deux types de mort et l'abolition des deux types d'émotions négatives.

La quatrième de ce qu'entend l'Ainsi-Venu lorsqu'il proclame qu'il est tous les bouddhas du passé, et qu'il expose ses vies antérieures: c'est pour sauver tous les êtres selon leurs différentes catégories.
Revenir en haut Aller en bas
Yudo, maître zen
Membre
Membre
avatar

Masculin Age : 70
Localisation : Montpellier
Votre pratique, votre tradition : zen, lignée Dogen, Niwa, Nishijima
Scorpion Rat
Messages : 45
Points de participation : 60
Réputation & Pertinence : 1
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: Lankâvatara sûtra   Lun 17 Déc - 20:47

Dans la cinquième section, le Bouddha expose la nature des choses qu'il a lui-même réalisée et la nature des choses telle qu'elle est depuis toujours.
Il ajoute que "le champs d'activité de la sagesse alors réalisée dépasse tout ce que le langage peut exprimer, toutes les apparences descriptibles et tout ce que les mots peuvent dire."

La sixième section expose les ravages du dualisme et dénonce le nihilisme.

La septième compte le poème suivant:
Le Dharma de réalisation n'est autre que la réalisation intérieure
Et le Dharma de transmission les enseignements
Connaissez-les parfaitement et votre réalisation ne sera pervertie par quiconque.

(...)

Le nirvâna dépasse l'esprit et le mental:
Telle est l'unique réalité.
Voyez le monde comme une vaine méprise,
Une illusion, un rêve, un bananier.

Le désir, la colère et l'ignorance
N'existent pas plus que l'individu.
La soif engendre les agrégats
Comme des visions oniriques.

La huitième section traite de l'authenticité des réalités purement imaginaires. Les êtres ordinaires conçoivent un sujet et un objet, inauthentiques, parce qu'ils n'arrive pas à réaliser que les objets ne sont que des perceptions.
Elle poursuit en exposant les concepts de l'école Yogacara (si je ne m'abuse) "esprit seulement", c'est à dire que ce que l'on perçoit n'est que notre propre esprit, et ainsi peut-on en finir avec les croyances et attachements associés au moi et au mien.
Revenir en haut Aller en bas
pivoine
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 52
Localisation : sud
Votre pratique, votre tradition : zazen - Tai Chi
Lion Cheval
Messages : 374
Points de participation : 429
Réputation & Pertinence : 4
Date d'inscription : 19/11/2017
Humeur : A l'écoute -

MessageSujet: Re: Lankâvatara sûtra   Mar 18 Déc - 13:14

Merci Yudo pour tes explications.

@Yudo, maître zen a écrit:

Elle poursuit en exposant les concepts de l'école Yogacara (si je ne m'abuse) "esprit seulement", c'est à dire que ce que l'on perçoit n'est que notre propre esprit, et ainsi peut-on en finir avec les croyances et attachements associés au moi et au mien.

Oui, c'est la voie du "tout est Esprit" ou "Rien qu'Esprit." ou Voie de la conscience.

Une graine ne produit pas une pousse, mais à la perception d'une graine suit la perception d'une pousse. Le monde est compris selon les images du rêve et de l'illusion d'optique.

En effet c'est l'école du yogacara ou Cittamātra qui constitue avec le Madhyamaka l'une des deux principales écoles spécifiques du bouddhisme mahāyāna.

C'est celle qui propose 8 consciences au lieu de 6 (5 consciences sensorielles et la conscience mentale).
Si j'ai bien compris, elle rajoute  la « conscience mentale souillée » (active) qui crée la dualité sujet/objet et crée des traces karmiques qui sont déposées dans la « conscience base-de-tout » (Ālayavijñāna) qui est un réceptacle inactif.

Ce découpage en 8 consciences apparait dans le Samadhiraja Sutra (Sūtra du dévoilement du sens profond) et le Lankāvatāra sūtra (Sūtra de l'Entrée à Lankâ).
Revenir en haut Aller en bas
voi
Membre
Membre
avatar

Féminin Age : 45
Localisation : Do
Votre pratique, votre tradition : zazen
Cancer Buffle
Messages : 2332
Points de participation : 2632
Réputation & Pertinence : 10
Date d'inscription : 06/11/2013

MessageSujet: Re: Lankâvatara sûtra   Ven 21 Déc - 12:27

@pivoine a écrit:
Oui, c'est la voie du "tout est Esprit" ou "Rien qu'Esprit." ou Voie de la conscience.

Il faut voir peut-être à quoi répond cette affirmation ; "tout est esprit". Et pour voir à quoi elle répond, et à quelle sensation routinière -d'être au monde- elle opposerait une négation, si comme le dit le philosophe Alain, "penser c'est dire non", il faut je pense visiter l'effet qu'elle produit sur soi, car ce serait là je pense, que se trouverait sa vérité, à savoir dans cette forme "d'inconfort" qu'elle produirait vis à vis d'une routine perceptuelle. Voilà donc en d'autres termes, une voie qui peut clairement être définie comme spirituelle en ce sens qu'elle interroge l'objet -d'être au monde-, qu'elle nous place donc devant un questionnement ontologique par le biais d'une affirmation nous invitant à ressentir un -être au monde- qui s'il n'était pas bousculé par une telle démarche, nous resterait invisible ; d'où cette appellation de "Voie de la conscience" je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lankâvatara sûtra   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lankâvatara sûtra
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
zen forum :: Bouddhisme zen :: Bouddhisme en général-
Sauter vers: